Le radar avec l’IDV pourra identifier avec précision l’auteur de l’infraction, en cas de présence de deux véhicules de front sur une route à plusieurs voies.

Cette option permettrait, selon Auto Plus, de réduire la mise au rebut des clichés numériques sur lesquels sont immortalisées au minimum une paire de « bolides », soit 7 à 8 % des cas.

Toutes options
La Sécurité Routière a reconnu que 500 cabines (sur 2.199 en service) allaient être équipées de cette option, dès le mois d’avril 2014. Et l’hebdo de rajouter qu’elles seraient toutes, bien sûr, implantées sur de grands axes à plusieurs files de circulation…

Double lame 
Autre innovation, le radar double face, un procédé permettant de flasher l’avant, puis l’arrière d’un véhicule en infraction. « L’objectif est de réduire le nombre de flashs qui ne produisent pas de PV parce que la photo n’est pas exploitable », expliquait Henri Prévost, délégué interministériel adjoint à la sécurité routière, sur Leparisien.fr le 27 mars. Quatre appareils de ce type sont en passe d’être testés en France.

Chantier
Par ailleurs, le ministère de l’Intérieur prévoit de déployer plus de cabines sur zones de chantier. « Nous ne souhaitons pas développer à l’infini le nombre de radars, qui sera maintenu autour de 4.200 appareils », souligne Henri Prévost. Développer leur nombre, non, mais améliorer leur rendement, oui !

Convoitises
Cette surenchère technologique aiguise l’appétit des fabricants. On recense actuellement quatre industriels sur le marché français : trois tricolores (Aximum, Parifex-Mercura, Sagem-Morpho) et un hollandais (Gatso-Fareco). Mais Auto Plus annonce l’arrivée imminente d’un petit nouveau, l’allemand Jenoptik. Qui est déjà le fabricant des tristement célèbres jumelles-radar Eurolaser. Cette concurrence accrue devrait faire baisser les prix. Pas ceux des amendes, hélas…

Publicité

Commentaires (24)

Publicité