En images

Stationnement 2RM à Paris : démonstration Stationnement 2RM à Paris : sous leurs yeux Stationnement 2RM à Paris : NKM devant l’évidence Stationnement 2RM à Paris : le PS s’y intéresse

Plus de stationnement

Dans cette période pré-électorale, tous sont d’accord sur le problème et la solution. NKM émet le souhait de créer « 50.000 places d’un bloc », dit-elle. Mais concrètement, il faudra voir où mettre ces places…

Pour le reste, les redites électorales sur le sujet sont énumérées : création ou utilisation du stationnement souterrain (payant…), maintien du stationnement gratuit en surface, etc.

Au Parti Socialiste, on se veut plus mesuré. Julien Bargeton, actuel adjoint au maire de Paris chargé de la circulation et des transports, rappelle que, durant les sept dernières années du mandat écoulé, la Mairie de Paris a créé 26.000 places et « s’engage à continuer dans ce sens ».

Tolérance

Le problème ne vient pas que des places manquantes, mais de la tolérance vis-à-vis des 2RM garés sur le trottoir. Selon le code de la route, tout véhicule à moteur garé sur un trottoir peut être verbalisé pour stationnement gênant.

Mais il existe une tolérance, qui est même officielle à Paris, puisque rappelée dans une circulaire du préfet de Police aux commissaires d’arrondissement datant de 2008 ; cette tolérance figure également dans la charte de bon comportement des usagers en 2RM, co-signée en 2007 par les associations de motards, le maire de Paris et le préfet de Police. Problème, les verbalisations ont considérablement augmenté : + 26 % entre 2010 et 2011…

Le 30 janvier face à la FFMC, Nathalie Kosciusko-Morizet s’est engagée à faire respecteur cette charte. Julien Bargeton, de son côté, s’est dit prêt à relire, peut-être même à réactualiser et signer à nouveau cette charte.

Belle période que celle des élections… Il est aisé de rencontrer des politiques qui, de quelque bord qu’ils soient, se montrent « entièrement d’accord avec vous ».

Manifestation le 1er février

Il faudra attendre la fin du mois de mars, et le couronnement d’une nouvelle tête, pour savoir si ce ne furent lancées que des paroles en l’air, ou si le stationnement des 2RM restera au cœur des priorités. La FFMC sera là pour le rappeler à la nouvelle élue… En attendant, elle appelle à manifester, samedi 1er février, pour montrer aux candidats qu’il faudra compter, pendant sept ans, sur les usagers circulant à moto et scooter dans, et autour de la capitale.

Publicité
Publicité