En images

Tolérance sur le stationnement 2RM à Paris Stationnement à Paris : pas assez de place Appel à mobilisation le 1er février de la FFMC-PPC

Déjà dans les mœurs

Petit rappel, la répression du stationnement sur les trottoirs est déjà dans les mœurs : entre 2010 et 2011 dans la capitale, le nombre de procès verbaux pour stationnement adressés à des propriétaires de deux-roues motorisés a grimpé de 26 %, atteignant 101.085 PV en 2011 !

Ce score n’est pas du à un accroissement spectaculaire des mauvaises habitudes, mais au fait que les policiers ont désormais recours à un boîtier numérique et au PV électronique. Ils enregistrent donc plus rapidement les infractions.

Et ont tendance à oublier la tolérance que le préfet de police de Paris a demandé d’appliquer en 2008 : conscient du faible nombre d’emplacement de stationnement 2RM (45.000) en regard des véhicules en circulation dans la capitale (150.000 par jour), le préfet demande aux policiers de tolérer le stationnement sur les trottoirs, à condition que les véhicules ne gênent pas la progression des piétons et des personnes à mobilité réduite.

Quel impact aura cette action juridique ?

Il y a peu de chances que ces deux actions aboutissent. L’association, dont le président est Jean-Paul Lechevalier et le nombre d’adhérents difficile à vérifier (au nombre de 1.000, selon lui), est coutumière des actions en justice. Mode opératoire qui a l’avantage de ne pas nécessiter une mobilisation importante en militants. Elle a déjà saisi la justice administrative sur ce problème du stationnement, sans succès.

Pourquoi faut-il s’en préoccuper ?

En mars, les Parisiens voteront pour élire leur maire. La progression des passants sur les trottoirs devient un enjeu électoral. Les écologistes l’ont compris : le mois dernier, le candidat EELV à la mairie a émis un vœu au Conseil de Paris, contre le stationnement des motos et scooters sur les trottoirs.

Et l’association Les droits du piéton se fait entendre au bon moment : sa double action judiciaire lui permet de se faire de la publicité sur le dos des usagers à moto et scooter.

Verdict : mobilisation !

Si le stationnement des motos et scooters devient un enjeu électoral, il faudra aussi entendre la voix des conducteurs. C’est ce que propose l’antenne de Paris et Petite Couronne de la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC-PPC), qui appelle les usagers à se mobiliser, le 1er février 2014.

« Il y a un problème de places de stationnement par rapport au nombre de deux-roues entrant chaque jour dans Paris », explique Eric Thiollier, délégué général de la FFMC. « En 2007, avec la mairie de Paris, nous avons signé une charte de bon comportement intégrant la tolérance du stationnement sur les trottoirs à cause de ce manque de place. Prendre le prétexte du comportement incivique d’une minorité de conducteurs, qui se garent mal et gênent les piétons, pour punir l’ensemble des utilisateurs, ce n’est pas la solution ». La FFMC donne rendez-vous aux motards et aux scootéristes, le 1er février à 14h, sur l’esplanade du Château de Vincennes.

Publicité
Publicité