En images

visuel visuel visuel visuel

Les « Motards d’un jour » avaient rendez-vous le 26 mai au matin à la préfecture de Bobigny en Seine-Saint-Denis. Cette initiative, lancée par la FFMC dans les années 90, vise à sensibiliser les élus et les responsables de voirie aux spécificités de la conduite d’un deux-roues motorisé (2RM).

Des initiations pédagogiques grâce auxquelles la FFMC espère voir l’état des infrastructures routières s’améliorer en partant d’une meilleure compréhension des spécificités du deux-roues qui, comme on le sait, est un véhicule sans carrosserie et à l’équilibre précaire.

Rendez-vous à Bobigny
Rendez-vous était donné à 9h30 à la préfecture de Bobigny (93). Malgré les quelques rayons de soleil de cette fin mai, l’esplanade Jean Moulin reste obscure. La faute au choix d’une pierre grisâtre pour édifier le bâtiment. On nous confie à l’oreille lui trouver un air de « cage à lapins ». Pas faux.

Au pied du bâtiment, une bonne dizaine de motos stationnent. A leur guidon des membres de la FFMC PPC (Paris-Petite Couronne) venus initier des responsables de l’éducation et de la sécurité routière au plaisir de la moto. Ce sera aussi et surtout l’occasion de les sensibiliser à l’importance de routes bien entretenues et d’infrastructures adaptées pour la pratique de la moto.

Motos confortables
La fine équipe motocycliste est placée sous la houlette de Jacky Messina de la FFMC PPC, jeune retraité et ancien des NMPP (Nouvelles Messageries de Presse Parisienne). L’homme est venu au guidon de sa Goldwing.

D’une manière générale, les motos ont été choisies confortables : FJR, Triumph Trophy, Goldwing, CBF. Un choix de bon sens pour des passagers néophytes. Jamila ferait presque la moue : « Mon copain a une R1. J’en fais souvent avec lui. J’adore ça. C’est tellement de sensations ».

Amandine lui emboîte le pas. Elle a le permis moto et conduisait une Ducati Monster jusqu’à ce que la maternité et son déménagement de Nice à la région parisienne ne lui imposent de se rabattre vers un autre moyen de transport.

Isabelle a pour sa part profité de séjour en Asie pour s’installer au guidon de petites 125.

Quant à Marie-France, elle prend avec plaisir la pose devant la Gold bleue. Les motards, tout en colère soient-ils, se sont attirés bien des sympathie ce matin du 26 mai. À peine pouvait on lire une pointe d’appréhension, vite dissipée par le niveau de confort des machines choisies, chez les authentiques novices.

Convoi
Le convoi d’une petite dizaine de motos prend alors la direction de la porte de Bagnolet, premier point noir du parcours. Outre sa dimension ludique, cette balade à moto a surtout une visée pédagogique.

Il s’agit de faire prendre conscience à ceux qui interviennent directement sur les infrastructures et sur l’éducation routière de l’importance de leurs choix pour la sécurité des motards.

Le premier arrêt à Porte de Bagnolet permet de pointer du doigt les langues de ciment qui recouvrent le bitume suite au débordement des camions toupie.

Un autre mettra l’accent sur les cônes d’acier qui longent la voie du tramway T1.

Les motards de la FFMC prendront soin aussi d’insister sur les ralentisseurs, les pavés, les bandes blanches - glissantes sous la pluie -, les trous dans la chaussée ou encore les spécificités de la circulation interfiles.

Le message passe
Après une heure de promenade, le message semble être passé. Alexandre par exemple, chargé de travailler sur l’implantation des nouvelles gares du Grand Paris, retient plusieurs choses de son expérience : « Je ne me rendais pas compte à quel point les motos étaient sensibles à la qualité du revêtement et aux comportements des autres usagers. Je ne pensais pas non plus qu’être à moto modifiait à ce point le regard porté sur son propre environnement. On n’a pas la même perception des paysages traversés et des odeurs qu’en voiture. »

Partage de la route
Concernant le volet éducation, Christian Sonjon, le chef du service circulation, éducation et sécurité routières, se veut optimiste du fait de la récente réforme du code de la route. « Maintenant que les inspecteurs du permis de conduire n’auront plus à s’occuper du passage de l’examen du code de la route, nous allons les repositionner sur des opérations d’éducation afin de sensibiliser les apprentis conducteurs aux problématiques de partage de la route ».

Cette matinée aura donc été placée sous le signe de l’écoute mutuelle. Seule Jamila y mettra un bémol : « Comme on le constate dans l’actualité en ce moment, l’opinion des gens n’est pas forcément prise en compte. Pour être écoutés, les motards ont quand même tout intérêt à rester mobilisés ». Message reçu 5 sur 5 !

Merci à RPM77 pour le prêt de la Triumph

Une opération nationale de la FFMC

« Motard d’un jour » est coordonnée par la FFMC sur le plan national. Retrouvez par ici les rendez-vous fixés par les antennes FFMC qui organisent cette opération dans leur département.

Dans la Boutique Motomag.com

- La FFMC vous défend, soutenez-la en portant ses couleurs !

Publicité

Commentaire (0)

Publicité