En images

Marché 2RM : 2012, année morose Marché 2 Roues Motorisés : la moto tire la langue Marché 2RM : le champion des 125 Marché 2RM : le T-Max best seller des gros cubes

Toutes les catégories chutent

  • Le segment des cyclomoteurs de 50 cm3, à 127.243 unités en 2012, est en baisse de 13 ,1 %.
  • Le segment des 125 cm3 ne se remet pas de la formation 7h, obligatoire depuis janvier 2011. Il chute de 18,9 %. Les motos (-24,6 %) souffrent plus que les scooters (-16,9 %).
  • Sur le segment des véhicules de cylindrée supérieure à 125 cm3, l’érosion est limitée à 1,7 %. La moto est en baisse (-6,4 %) tandis que le scooter progresse (+36,9 %). Les machines de cylindrée comprise entre 125 et 750 cm3 progressent (+5 %).

Moins, moins, moins…
 
Quel que soit le sens dans lequel on les interprète, les chiffres ne se montrent guère favorables. Hors 50 cm3, la baisse est limitée à - 8,5 % entre 2011 et 2012. Mais elle descend à -9,4 % pour les motos. Les scooters s’en tirent à peine mieux (-7,2 %). Quant aux tricycles de type MP3/Quadro, ils sont eux aussi dans le rouge (-5,9 %). Même l’électrique ne décolle pas : avec 1.401 immatriculations, les ventes de se secteur, censé proposer un avenir « propre » aux 2RM, chutent de -24 % entre 2011 et 2012.

Deux catégories positives.
« Seul segment positif, les cylindrées comprises entre 125 et 750 cm3 (+5 %) », souligne Thierry Archambault. Une catégorie portée par les « gros scooters » (T-Max, Burgman…), en forte hausse à +36,9 %.

Gadin de l’occase.
Le marché de l’occasion, que l’on voit comme une bulle d’air chez les professionnels de l’entretien ou de l’équipement, accuse également une baisse entre 2011 et 2012, à -3,4 %, avec 555.199 immatriculations pour les 125 cm3 et plus. Avec une nuance, la vente de scooters d’occasion se maintient à +1,9 % (126.038 immatriculations).

Les causes du recul.
« Nous avons fait face à une météo défavorable en 2012 et à une érosion du pouvoir d’achat des Français, constate Thierry Archambault. Le scooter résiste bien, ce qui confirme que le marché tend vers les usagers fonctionnels de 2RM. Pour la première fois, un scooter termine en tête des immatriculations, tant en 125 cm3 (Yamaha X-Max) qu’en cylindrée supérieure (Yamaha T-Max). »

Pessimisme pour 2013.
« L’année 2013 sera tendue à cause de la faible croissance économique et du fort recul du pouvoir d’achat des ménages », s’inquiète le président délégué de la CSIAM.

Les marques confirment le repli.
Triumph évalue la baisse du marché en 2013 entre -5 et -10 % ; Kawasaki, entre -2 et -3 % ; Yamaha, entre -2 et -5 %. Selon Piaggio, ce sera entre -3,5 % et pire… « Plus que jamais, l’émergence de nouveaux besoins de mobilité et d’une clientèle au profil de plus en plus divers, va demander à la filière adaptation et innovations », conclut Thierry Archambault.

Publicité
Infos en plus
Publicité