La remise en cause du stationnement gratuit pour les deux-roues est un vieux serpent de mer. Beaucoup verraient en effet d’un bon œil la fin de ce « privilège » accordé aux motos et scooters. C’est le cas de Christophe Najdovski, maire adjoint de Paris chargé des transports.

La maire de Paris opposée
Anne Hidalgo au contraire maintient qu’elle n’imposera pas, sous sa mandature, le stationnement payant sur les 35 663 places 2-roues de sa ville. Peut être s’est-on dit en haut lieu que la coupe était déjà pleine pour les usagers avec l’interdiction faite aux motos d’avant juin 2000 de circuler à Paris. D’après l’enquête « Plaques » menée en novembre 2014 par Paris, 13,6% des 2-RM seraient frappés par cette interdiction.

Abonnement newsletter

  • Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à la newsletter de Motomag.com

Charenton voit les choses autrement
Pour Hervé Gicquel, maire de Charenton-le-Pont, commune limitrophe de la capitale, ces 13,6 % expliqueraient pour partie sa décision d’imposer, dès avril 2018, le stationnement payant aux deux-roues sur les 500 places de sa commune. « Les décisions prises par Paris pour limiter la circulation constituent l’un des facteurs qui explique le surplus de deux-roues sur ma commune et qui nous a incité à légiférer en la matière » explique le maire. L’homme évoque également des plaintes de ses administrés au sujet du stationnement anarchique des deux-roues et de la circulation de certains d’entre eux sur les trottoirs. M Gicquel se targue d’avoir mis en place des tarifs modérés (0,8 € ou 1,33 € les 2 h selon la zone). Il indique qu’il privilégiera la prévention et ne pratiquera pas l’enlèvement systématique des 2-roues sur trottoir.

Anarchie fantasmatique ?
Nous avons donc décidé de nous rendre sur place pour voir si les 2-roues étaient particulièrement envahissants et irrespectueux des règles à Charenton-le-Pont. Lors de notre visite, en hiver et en journée, nous n’avons rien constaté d’alarmant. Au contraire, les scooters et motos étaient bien stationnées sur leurs emplacements dédiées. Nous avons aussi interrogé l’historique Google Maps (voir ci-dessous) pour savoir si les abords des stations de métro de Charenton étaient envahis de deux-roues. La réponse est négative. Et en admettant que nous ayons eu de la chance lors de notre visite à Charenton, nous avons bien du mal à comprendre comment le maire espère mettre un terme à la circulation sur trottoir de quelques 2-roues en imposant le paiement à ceux qui sont correctement stationnés. Affaire à suivre.

 

Octobre 2017, les 2RM - en arrière plan, à droite du Monoprix - sont bien stationnés.

 

Août 2016. La station de métro est en travaux. Les 2RM sont toujours stationnés dans leurs emplacements dédiés.

 

Août 2015. Les 2RM sont toujours stationnés dans leurs emplacements dédiés.

 

Juin 2014. Les 2RM restent bien stationnés dans leurs emplacements dédiés. La voiture Google a immortalisé un motard qui se dirige vers le... stationnement autorisé.

 


Hervé Gicquel, le maire de Charenton-le-Pont depuis mai 2016

Publicité
Publicité