Accueil > En attente de décision > Voxan : Licenciements confirmés

Voxan : Licenciements confirmés

vendredi 13 janvier 2006

Dans un communiqué rendu public jeudi 12 janvier, Voxan confirme le licenciement de 22 salariés sur les 34 de l’usine.

Histoire de mieux faire passer la pilule, l’usine présente cette opération comme « un repositionnement stratégique » . Selon un bilan qu’elle dresse après plus de deux ans de fonctionnement, la production de motos « n’est pas la bonne dans le contexte industriel mondial de la production de motos ».

Conséquence, elle va « se désengager, à terme, de la production pour se concentrer sur celui de l’ingénierie, du développement et de la distribution ».

Le communiqué précise même que « Voxan est en relation avec divers groupes industriels pour discuter des contrats de fournitures moteurs pour d’autres applications que la moto, de fournitures moteurs pour les motos, le développement ou la création de nouveaux moteurs pour le compte de tiers, et la conception de séries limitées de motos pour des marques de qualité non encore sur le segment ». Ouf ! On reprend sa respiration.

La réalité semblerait autre. En effet, selon nos informations Didier Cazeaux, le propriétaire de l’usine avait tablé sur un retour sur investissement beaucoup plus rapide que prévu, c’est-à-dire un an seulement après la reprise de la firme.

Or les ventes n’ont pas suivi les espérances de l’industriel, et dès ce moment-là le robinet des investissements s’est tari peu à peu. Les fournisseurs ont été payés avec un retard grandissant au fil du temps. Résultat, ils se sont désengagés.

De plus Voxan affirme vouloir continuer à produire « 300 motos » pour lui permettre de « retrouver la rentabilité » en complément de ses activités d’ingénierie qui devrait « représenter 30% de son chiffre d’affaires d’ici 2007 ».

On croit rêver. Comment produire ces machines, alors que le stock des pièces est au plus bas et que la confiance des fournisseurs a été perdue ? Comment maintenir une production et « maintenir l’approvisionnement du réseau des concessionnaires en pièces détachées » avec seulement douze personnes ?

Quant aux projets d’ingénierie… il sera difficile de faire quelque chose, puisque l’ensemble du staff a été licencié et qu’il ne reste qu’une personne au bureau d’études !

Ce n’est qu’au mois d’avril que l’on saura si les dirigeants veulent vraiment continuer l’aventure de la moto française, ou s’ils veulent vendre l’entreprise. En effet, ils avaient annoncé la sortie de la « Charade » pour cette date. Problème, « les pièces spécifiques de cette moto n’ont pas été passées en commande faute d’argent », indique notre contact.

T.L.

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?