Accueil > En attente de décision > Hausse de 8,1% des morts sur route : c’est la vitesse !

Hausse de 8,1% des morts sur route : c’est la vitesse !

samedi 12 mai 2007

En avril 2007, la mortalité routière a été en hausse de 8,1 % par rapport au même mois de l’année précédente. Pour expliquer ce mauvais résultat, le comportement des conducteurs est essentiellement mis en cause.

JPEG - 37.1 ko
Pour Cécile Petit, qui retient tout de même « l’effet météo », la vitesse est la principale cause de la hausse du nombre de tués sur les routes.

Presque six mois de hausse
Depuis décembre 2006, après quatre ans de baisse, le nombre de morts sur les routes de France est reparti à la hausse. Entre janvier et avril 2007, elle se monte à 6,4 %. Seul mars a connu une baisse de 2,2 % par rapport à 2006.

Les experts de l’ONISR (Observatoire national interministériel de sécurité routière) avancent trois explications à cette tendance : le beau temps qui favoriserait l’augmentation des sinistres (voir Motomag.com du 1/05/07), l’anticipation d’une très peu probable amnistie présidentielle et la hausse de la vitesse pratiquée.

Pour Cécile Petit, la principale responsable est sans conteste la vitesse. La déléguée interministérielle à la sécurité routière « déplore qu’un petit nombre d’irresponsables persiste à enfreindre les règles de limitation de vitesse, restant insensibles aux drames qu’ils génèrent. Paradoxalement, [ils] sont les premiers à s’indigner de la politique des radars que leur comportement rend plus que jamais nécessaire ».

Pas de remise en cause du « tout répressif »
Comme Rémy Heitz, son prédécesseur, Mme Petit ne semble pas vouloir imaginer une seule seconde que la politique répressive qu’elle vante puisse arriver à ses limites. « On a eu de très bons résultats pendant quatre ans et il est désormais difficile de les consolider », confie pourtant le colonel Jean-Robert Bauquis de la direction générale de la gendarmerie nationale (Le Figaro, 10/05/07).

Si la répression a eu des effets indéniables, on constate que, seule, elle ne constitue pas une solution. La fonction de Cécile Petit la placerait idéalement pour suggérer la mise en place d’une réelle politique de prévention, et surtout de formation, qui complèterait une verbalisation déjà omniprésente.

G. Acerra

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?