Sujet

Thierry
le 20 septembre 2005 à 14:01

Motegi : Ducati sur les terres de Honda

Première victoire de Capi

JPEG - 23.1 ko
Loris Capirossi, sur sa Ducati N°65, remporte le GP du Pacifique à Motegi au nez et à la barbe des Japonais, et devant l’armada Honda, avec des pneus Bridgestone ! Max Biaggi (N°3) termine deuxième à 1’’47 !

Loris Capirossi (Ducati N°65) a crée une double surprise lors du GP du Pacifique, d’une part en remportant la pole et en établissant un nouveau record de la piste en 1’47’’968, en dessous de la barre de 1’48’’.

En course il signe la première victoire d’un pilote italien, sur une machine italienne, sur un circuit Japonais ! Enfin, il est à noter que c’est également la première fois que Capirossi remporte une victoire après avoir décroché la pole.

Le pilote italien n’a pas pris le meilleur départ et ne pointe qu’en troisième position derrière Max Biaggi (Honda N°3) et Marco Mélandri ( Honda N°33). Pendant ce temps, Valentino Rossi (Yamaha N°46) qui s’est complètement loupé aux essais, remonte comme un boulet de canon depuis la 11ème place.

On assiste alors à un double spectacle en tête de course. Le premier acte oppose un trio formé de Mélandri, Capirossi et Biaggi, tandis qu’un petit peu plus loin Makoto Tamada (Honda N°6) résiste à Valentino Rossi qui occupe déjà la 5ème place après seulement deux tours.

A mi-course Max Biaggi s’est emparé de la tête de course en détrônant coup sur coup Mélandri puis Capirossi. Dans le même temps Rossi a réussi à se défaire de Tamada quand subitement « Il Dottore » commet l’impensable et percute Mélandri par l’arrière. Les deux hommes vont au tapis. Vale lève les bras en l’air en signe d’impuissance et de désespoir et se précipite auprès de Mélandri qui est resté par terre en se tordant de douleur.

Du coup, Max Biaggi et Capirossi s’échappent et se livrent à une explication en solo, loin devant le peloton. C’est Capirossi qui franchit la ligne d’arrivée en premier suivi par Max Biaggi à plus d’une seconde. La troisième place du podium revient à Makoto Tamada à 16 secondes d’écart.

Cette victoire est tout bénéfice pour Capirossi, qui vient de resigner un contrat d’un an avec son employeur. C’est également un joli pied de nez du constructeur italien face à l’ogre Honda sur ses propres terres !

Quant à « Vale », il réalise une opération blanche et ne sera sans doute sacré champion qu’à Sepang en Malaisie.

250 : Domination d’Aoyama

JPEG - 20.6 ko
En quart de litre, Hiroshi Aoyama (N°73) a réalisé le parcours sans faute. Après avoir signé la pole, il remporte la course et gagne 3 places au classement général provisoire.

Le pilote japonais du team Movistar Honda a réalisé le parcours sans faute à domicile. Après avoir signé la pole, il remporte la course des quart-de-litres avec une avance de plus de 5 secondes sur le leader de la catégorie : Daniel Pedrosa.

Hélas, ce n’est pas lui qui réalise le holeshot mais Jorge Lorenzo (Honda N°48). Le petit Espagnol mène durant 4 tours avant de se faire déborder par Hiroshi Aoyama. Ce dernier tient la tête de course et ne la lâchera plus jusqu’au franchissement de la ligne d’arrivée.

Derrière le japonais, c’est la tempête puisqu’un groupe d’une dizaine de furieux se bat tour après tour pour prendre l’ascendant sur son voisin. Les positions changent quasiment à chaque virage. A mi-course, Alex de Angelis mène la contre offensive sur son Aprilia N°5. Il est talonné par Andréa Dovisiozo (Honda N°34), lui même suivi de près par Casey Stoner (N°27).

A 7 tours de la fin, les choses se précipitent puisque Daniel Pedrosa, qui navigue sagement entre la 5ème et la 7ème place, sonne la charge. Il a sans doute jugé le temps trop long et veut précipiter les choses. Il passe sans difficulté Stoner, puis tombe sur un os nommé Alex de Angelis, qui n’est pas du tout décidé à se laisser faire et qui réplique au tenant du titre, tour après tour.

Pendant ce temps, Jorge Lorenzo décide lui aussi de venir se mêler à la bagarre. L’Espagnol, perdant sans doute sa lucidité, percute légèrement Pedrosa puis au virage suivant il torpille Alex de Angelis ! Les deux hommes se retrouvent à terre.

Trop heureux de pouvoir d’échapper, Daniel Pedrosa prend la 2ème place du podium. Tandis que la 3ème place revient à Casey Stoner à plus de 7 secondes.

Randy de Puniet a mené une course sage de la 10ème place et termine 5ème. Sylvain Guintoli pointe en 10ème position.

125 : 3ème victoire de Mika Kallio

JPEG - 31.9 ko
En début de course des 125, les deux KTM de Kallio (N°36) et Talmacsi (N°14) tenaient tête à Thomas Luthi (masqué) avant que Talmacsi n’aille à la faute au 13ème passage. Deux tours plus tard, c’est Thomas Luthi qui chute à son tour dans la grande ligne droite.

En 125, la victoire est revenue à Mika Kallio sur sa KTM, alors que la course a été interrompue sur drapeau rouge. En effet, au 16ème tour alors que le pilote de la KTM et Thomas Luthi (Honda N°12) étaient en train de s’expliquer pour le contrôle de la course, le petit Suisse a chuté en pleine ligne droite.

Sa moto a été percutée de plein fouet par Sergio Gadea (Aprilia N°33) qui a joué, lui aussi, les hommes volants avant de retomber. Les débris des deux motos étant dispersés sur toute la largeur de la piste, la direction de course a pris la décision d’entériner le classement avec les positions lors du tour précédant.

C’est ainsi que Thomas Luthi, blessé à la cheville, se voit attribuer la deuxième place. Il garde un petit avantage de 3 petits points au classement provisoire du championnat face au Finlandais. Là encore, l’épreuve de Sépang risque de se montrer décisive pour la suite.

Lire l'article