Une ville entièrement motarde le temps d’un week-end, c’est ainsi que l’on pourrait résumer le salon de la moto de Pecquencourt, qui met le feu à tout le département du Nord. Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, les motos étaient partout dans la ville.

Et comme tous les ans, des riverains proposaient café, boissons et parking surveillé pour motos et casques. Seul petit regret, la brocante, qui était un peu moins fournie que les autres années, même si certains ont quand même trouvé leur bonheur.

Expos originales
De nombreux concessionnaires de la région sont venus exposer les nouveautés, mais les anciennes étaient également à l’honneur. Nous avons pu retrouver Jean-Luc Gaignard, très connu dans le milieu de la moto de collection, qui est revenu avec cette fois des side-cars de 1920 à 1980. Admirer une collection de 125 GP, qui trônaient sur une bonne partie du chapiteau. Les customs n’étaient pas en reste avec de magnifiques préparations et notamment un custom électrique.

Les rat’s à l’honneur
Mais sans nul doute, la grande animation de cette 37e édition fut l’exposition de rat’s. Des bécanes improbables, que certains trouvent « moches », d’autres « originales », bref qui ne laissent personne indifférent. Pas moins de 16 machines, dont les deux motos ayant remporté le 2e et 3e prix à Faro (Portugal), ont été amenées par les nombreux clubs fédérés par les « Rat’s made in France ». Ces derniers ont voulu rendre également un hommage à deux des leurs, Franklin et Loubard, décédés fin 2015.

Rat’s, kézako
A l’origine, un rat’s est une moto utilitaire que le motard ne prend pas le temps de laver, et qui vieillit en même temps que son pilote. Par contre, la mécanique et les organes de sécurité sont soignés (freins, éclairage...) et la plupart malgré le nombre de kilomètres impressionnant au compteur, tournent comme des horloges.

Selon les goûts des propriétaires, des accessoires sont ajoutés (rats crevés ou en plastique, têtes de mort, autocollants, tags…). La peinture est généralement noir mat. Au lieu de nettoyer et briquer les chromes, un coup de bombe refera une beauté, le but étant de rouler sans se ruiner. Dans le Nord, tout le monde connait Ludo, patron du bar Le petit badaud à Loos, et Caliméro, qui écume les concentres et possède à lui seul 7 rat’s. Tous deux roulent sur ce type de moto depuis plus de 25 ans.

Spectacles de haute qualité
Dérapages contrôlés, démonstration de vitesse, stoppies, wheelings au niveau de la piste et du plateau, ainsi que des pilotes de FMX venus du monde entier, ont ravi les spectateurs de Pecq’.

Pour les amateurs de rock, deux concerts étaient organisés. Les gamins pouvaient tester les quads. Sur le stand de la radio Kiqincoup qui a fait son émission en direct le dimanche, Sylvain Pierron est venu dédicacer son livre « enfourche tes rêves ». Et bien sûr, région oblige, Adrien Van Beveren, vainqueur de l’Enduropale et 6e au Dakar, a serré de nombreuses louches !

Allez, on se délecte de notre petit diaporama de ce 37e salon de Pecquencourt !

 - 
Publicité

Commentaire (0)

Publicité