- L’Union française des industries pétrolières (Ufip) vient de dresser son bilan de l’année 2008, qui confirme un net recul de notre consommation nationale de carburants.

- Si de janvier à mai 2008 le marché est resté stable par rapport à l’année précédente, au mois de juin, alors que les prix à la pompe battaient tous les records, la consommation hexagonale a chuté de 9,4 %. Avant de marquer un recul historique de 12,3 % aux mois d’août et de novembre !

- Au final, toujours sur l’année 2008, le marché français des carburants a baissé de 2,8 % par rapport à 2007. Alors que la demande en super s’est à elle seule effondrée de 8,2 % !

Le porte-monnaie plus fort que les radars

- Selon une enquête de l’Ifop réalisée mi-janvier 2009 auprès de 726 automobilistes, 58 % d’entre eux avouent rouler moins vite pour consommer moins de carburant. Et ils sont 39 % à moins utiliser leur voiture que par le passé.

- Plus surprenant : 82 % des conducteurs interrogés affirment qu’une baisse du prix des carburants en 2009 ne les inciterait pas à utiliser plus fréquemment leur voiture que ce qu’ils ont pu le faire ces derniers mois.

- Les automobilistes se seraient-ils finalement adaptés sans mal à de nouvelles habitudes ? C’est en tout cas ce que semblent confirmer les chiffres de ventes des derniers mois de 2008, toujours en replis malgré des prix à la pompe en chute de 40 %.

- Chacun prétend désormais optimiser ses trajets et éviter les kilomètres superflus (84 %), marcher d’avantage (77 %), emprunter les transports en commun (25 %), voire faire du vélo (41 %) ou du covoiturage (27 %). Les sondeurs n’ayant pas jugé utile de leur poser la question, on ne sait toutefois pas combien se sont laissés séduire par le gain de mobilité d’un deux-roues... à moteur.

Publicité
Publicité