À échelle départementale, c’est le Rhône qui rapporte le plus d’argent (826.520 flashs par an) suivi du Nord (821.854 par an) et les Alpes-Maritimes (758.438 par an). À noter bien évidemment que 93,5 % des excès de vitesse enregistrés par les radars automatiques sont inférieurs à 20 km/h.

La fin de la surenchère ?

Une page est également accordée à une interview de Manuel Valls. Le ministre de l’Intérieur promet en fin d’article que la multiplication des radars automatiques touche à sa fin. En plus des 4.047 radars existants, 180 seront encore installés au cours de l’année 2013. La tendance serait maintenant à la modernisation des dispositifs existants. Il conclut enfin : « Le contrôle et la répression ne doivent pas constituer les uniques réponses à l’insécurité routière. »

Les préconisations du Conseil national de la sécurité routière (CNSR), dont la FFMC fait partie, devraient définir les axes futurs. Espérons qu’elles proposeront des solutions plus élaborées que le simple « utlra-répressif ».

Publicité
Publicité