Les ralentisseurs de Laroque-Timbaut, petite commune du département du Lot-et-Garonne, auront fait couler beaucoup d’encre et de peinture. Ils ont d’abord été pointés du doigt à deux reprises par l’antenne du Lot-et-Garonne de la Fédération française des motards en colère (FFMC 47), les militants les ayant signalés comme un danger routier en peignant des panneaux sur le goudron en amont.

Interpellé par ces actions, le maire de Laroque-Timbaut, Lionel Falcoz, a décidé de modifier les ralentisseurs situés avenue de la Résistance.

Les travaux ont débuté en septembre. « Un dos d’âne a été raboté en totalité et le second a été entièrement refait, se réjouit Jérôme Pentolini, coordinateur de la FFMC 47. Lorsque nous avions mesuré les ralentisseurs, ils mesuraient 23 cm de haut, au lieu des 10 cm autorisés par la norme d’installation. Nous apprécions vraiment l’écoute que nous avons eue de Lionel Falcoz. Il a su tenir ses engagements. Si nous pouvions avoir la même type de rapport avec Jean Dionis, le maire d’Agen, commune où nous avons également dénoncé ce genre d’infrastructure dangereuse, cela ferait avance la sécurité routière ».

 - 
Publicité

Commentaire (1)

Publicité