La nouvelle, annoncée par plusieurs médias, avait de quoi faire frémir les usagers de la route. La société belge SecuRoad qui commercialise le radar NK7, dissimulé dans une poubelle, a entamé une procédure de certification de son piège à automobilistes et motards auprès du Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE). Les médias en ont déduit que cette phase de certification conduite à Paris était préalable à l’arrivée du radar NK7 sur nos routes. La DSR dément formellement.

Radar invisible
Ce radar, dont 15 exemplaires - et bientôt 40 - fleurissent déjà sur les routes belges fait l’unanimité auprès de la police fédérale du royaume qui se dit bluffée par ses résultats dans un entretien avec dh.be. Une inspectrice voit dans ce nouveau dispositif la possibilité d’effectuer des contrôles à de nouveaux endroits avec d’autant plus d’efficacité qu’il est « quasi invisible des usagers ». Et pour cause : le radar, non content d’être dissimulé dans une poubelle, s’appuie sur la technologie infrarouge qui lui permet de photographier les contrevenants sans flash. Le NK7 peut par ailleurs analyser simultanément le trafic dans les deux sens et sur six voies de circulation. Un vrai piège.

Infléchissement de la politique de répression routière
Face à la grogne qui menaçait de monter en France à la perspective de telles installations, la DSR a démenti « tout projet d’achat d’un tel équipement ». Et de rajouter : « Aucun service de l’État français n’a jamais envisagé la mise en place de ce dispositif de contrôle et ne l’envisage à court, moyen ou long terme. » Faut-il alors s’en réjouir et y voir une prise de conscience de la DSR par rapport à la pression de plus en plus forte qu’elle exerce sur les usagers de la route ? Ce communiqué est-il annonciateur d’un fléchissement des positions du ministère en matière de répression routière ? Malheureusement, les récents radars de virage, inaugurés au Bol d’Or, et la privatisation des contrôles de vitesse effectués au volant des voitures radars nous inciteraient à penser le contraire. À suivre.

Photo : DR

Publicité
Publicité