Décidément, les motards sont au cœur de toutes les attentions de la Sécurité Routière qui vient d’annoncer le déploiement d’une nouvelle fonctionnalité sur ses radars de chantier. Ces 248 engins ont en effet subi une batterie de tests cet été au sein du LNE (Laboratoire National de Métrologie et d’Essais). Ils en sont ressortis aptes à flasher en virage. Voilà qui devrait permettre d’augmenter encore un peu plus le chiffre d’affaires des radars qui fleuretait avec le milliard d’euros en 2016.

Les motards cœur de cible
L’époque où les contrôles de vitesse n’étaient possibles qu’en ligne droite est donc bel et bien révolue. Il va falloir redoubler de vigilance pour espérer conserver son permis et tout particulièrement « sur les petites routes sinueuses, notamment en montagne » où la Sécurité routière indique positionner ses machines en priorité. L’institution se veut toutefois rassurante en indiquant que les radars seront précédés d’un « panneau annonçant la possibilité d’un contrôle ».

La vitesse excessive, l’arbre qui masque la forêt
Le ministère de l’Intérieur justifie ce nouveau déploiement en s’appuyant, comme à l’accoutumée, sur les chiffres de la mortalité en courbe. Ainsi l’ONISR (Observatoire National de la Sécurité Routière) nous apprend que 497 automobilistes et 160 motards sont morts dans un virage en 2016. Si les causes des accidents sont multiples, l’observatoire croit savoir qu’ils sont toujours aggravés par une vitesse excessive. La question des rails de sécurité non doublés n’est étonnamment pas abordée, pas plus que les défauts de chaussée.

Les radars de plus en plus polyvalents
Enfin, pour que le message soit limpide et la cible clairement identifiée, la Sécurité routière a inauguré ces premiers radars de virage à l’occasion du Bol d’or. Il est par ailleurs question, selon le blog radars-auto, que la Sécurité routière travaille – toujours avec le concours du LNE - sur une fonctionnalité de détection d’usage de téléphone portable au volant. Son déploiement n’a toutefois pas été jugé prioritaire par rapport à la fonctionnalité contrôle de vitesse en courbe.
L’idée de radars polyvalents ne date toutefois pas d’hier. En 2015 déjà, au salon Milipol, le Morpho Mesta Fusion - authentique couteau suisse de la verbalisation automatique - avait fait sensation.

Publicité
Publicité