Et voilà la cabine-radar du futur : le redoutable Mesta Fusion conçu et fabriqué par Morpho (ex-Sagem). Une bête de somme, capable 24h/24 de détecter la vitesse de 32 véhicules de front, circulant sur huit files différentes, en approche ou en éloignement !

Le mag’ Auto Plus du 27 novembre nous apprend que ce boîtier, déniché au salon de la sécurité Milipol 2015, est également capable de tenir compte des limitations de vitesse si elles sont différentes selon les files ou le gabarit du véhicule.
S’il est installé à un croisement, il détecte les franchissement de feu tricolore en plus de la vitesse.

Full options…
Ce matériel étant évolutif, on peut le doter d’options telles la détection de circulation sur une voie interdite (bande d’arrêt d’urgence), mais aussi les dépassements non autorisés, l’interdistance entre les véhicules, le non-respect de tourner à gauche ou à droite…

Cette machine démoniaque permettra au gouvernement d’appliquer la mesure n°3 parmi les 55 annoncées par le Premier ministre le 2 octobre : « Développer et augmenter le nombre d’infractions constatables par les radars multifonctions (feux rouges, vitesse, discriminants par type de véhicule, respect des distances de sécurité, détection des dépassements dangereux, franchissement de ligne continue…) ».

Lire l’article : Manuel Valls durcit le ton et les motards sont visés

Cabine-test à Pierrelaye sur l’A15
Les habitués de l’autoroute A15 dans le Val-d’Oise connaissent bien ce radar : une cabine-test y a été installée par Morpho, dans le sens Paris-Province à hauteur de la station-service, au niveau de la commune de Pierrelaye. Elle n’est bien sûr pas en service. Enfin, pas encore… Auto Plus estime que ce joyau de la politique de « sécurité rentière » du gouvernement ne sera pas déployé avant 2017. Mais après…

Les drones en approche
Autre information glanée à Milipol par Auto Plus, la surveillance des comportements des conducteurs sur la route par des drones va être expérimentée dès la fin de cette année 2015.

C’est la gendarmerie des transports aériens qui est chargée de ces petits appareils volant au plan national. Sur le salon de la sécurité, elle exposait plusieurs prototypes de drones qui pourraient être affectés à la circulation.

Ce nouveau type de contrôle routier va être expérimenté durant deux mois, nous apprend Auto Plus. L’objectif est de repérer les comportements dangereux : franchissements de ligne continue, demi-tours interdits, non-respect des distances de sécurité… mais pas les excès de vitesse.

Qu’on se rassure, le cadre juridique permettant une généralisation de leur utilisation n’est pas encore défini. Mais on sait d’expérience que, quand il s’agit de mettre en place un dispositif capable de collecter toujours plus d’amendes routières, les services de l’État savent faire preuve de célérité.

Publicité
Publicité