Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé, en décembre 2014, qu’il prendrait des mesures destinées à améliorer la sécurité sur les routes de France, courant janvier 2015.

Parmi celles-ci, un tronc commun tous véhicules, en rapport avec la lutte contre la consommation d’alcool et de drogue, l’usage du smartphone en conduisant, mais aussi trois mesures spécifiques pour les motards, dont l’obligation de détention d’un gilet haute visibilité sous la selle.

Indicateurs d’accidents à la hausse
Le ministre de l’Intérieur ne voulait pas accroître la pression sur les conducteurs, mais y est poussé par les premières estimations sur les statistiques d’accidents de l’année dernière : l’Observatoire national de sécurité routière (ONISR) a indiqué, fin décembre, qu’on devrait atteindre 3.416 tués sur les routes de l’Hexagone durant les 12 mois de 2014, contre 3.268 en 2013, soit environ 150 décès de plus.

L’heure n’est cependant plus à la sur-répression, comme c’était le cas voici quelques années. Il y a augmentation des décès et accidents, certes, mais elle ne hisse cependant pas l’année 2014 à un niveau supérieur à 2012 (3.653 décès). « 2013 était une année exceptionnelle », estime le délégué interministériel à la sécurité routière, Jean-Robert Lopez.

80km/h et radars double face
On devrait donc rester le pied sur la pédale de frein du côté de la place Beauvau. Et le ministre se contenterait d’entériner des propositions émises lors des réunions plénières du Conseil national de sécurité routière (CNSR) en 2013 et 2014 : une expérimentation d’abaissement à 80 km/h de la limitation de vitesse sur quelques départementales bidirectionnelles seulement. La plus draconienne demeure l’apparition des redoutables radars double face, mais seulement en remplacement de cabines fixes obsolètes. Le nombre total de radars ne dépassera pas les 4.200 unités.

3 mesures « moto »
Attention spécifique aux motards, la mise en place de mesures préconisées lors du CNSR de juin… 2013 : l’obligation de détenir un gilet haute visibilité, à l’égal des conducteurs automobiles et des camions ; gilet qui ne sera être enfilé qu’en cas d’arrêt intempestif sur le bord de la route, comme en voiture. Par ailleurs, le ministre devrait annoncer une taille unique des plaques d’immatriculation, fixée à 210 x 130 mm ; des plaques dont sont déjà pourvus la plupart des 2-roues depuis 2009. Enfin, l’expérimentation de la circulation interfile devrait connaître un top départ en septembre 2015.

Équité
« La détention du gilet haute visibilité dans le véhicule peut être considérée comme un gage d’équité vis-à-vis des autres conducteurs », traduit Nathanaël Gagnaire, délégué général de la Fédération française des motards en colère (FFMC). « Ce n’est pas une évolution du brassard rétro-réfléchissant, qui est derrière nous. »

Faible incidence sur les stat’ d’accidents
La FFMC demeure opposée à toute obligation, mais se range derrière l’idée d’une équité de traitement entre tous types de véhicules. « En fait, ce n’est pas une mesure de sécurité routière dans le sens où la proportion de blessés chez les conducteurs de 2-roues qui se font accrocher alors qu’ils sont en panne sur le bord de la route, par rapport à l’ensemble des blessés à moto, est extrêmement faible », poursuit Nathanaël.

Vecteur d’insécurité
Enfiler son gilet sur le bord de route pourrait même constituer un vecteur d’insécurité routière… Lors des débats au CNSR, la FFMC a ainsi mis en avant les spécificités de la conduite d’une moto : « Le motard arrêté sur le bas-côté risque de se mettre en danger s’il doit descendre de son véhicule et soulever la selle pour saisir puis enfiler son gilet, craint Nathanaël. Nous espérons que le ministre fera preuve d’un peu de bon sens au moment d’envisager cette solution. »

On saura courant janvier si cet argument a été entendu. Le ministère n’a pas précisé la date exacte des annonces sur la sécurité routière, mais on devine que ce sera autour du 20 janvier, au moment où l’ONISR sera en mesure de dévoiler les statistiques d’accidents survenus en France durant le mois de décembre 2014.

Lire l’analyse des mesures préconisées par le CNSR en juin 2013, sur le blog de la FFMC

Voilà un geste qu’on pourrait réaliser plus souvent : glisser un gilet haute visibilité sous la selle, pour le sortir en cas d’arrêt intempestif sur le bord de la chaussée.

Publicité
Publicité