Une trentaine de militants de l’antenne d’Indre-et-Loire de la Fédération française des motards en colère (FFMC 37) a mené une action coup de poing, le 26 février 2017, pour dénoncer les infrastructures dangereuses constellant les chaussées de l’agglomération tourangelle.

Ralentisseurs non conformes
Dans la ligne de mire de Motards en colère, les ralentisseurs. « Nous dénonçons depuis de nombreuses années la multiplication des dos d’âne ne respectant pas les normes de construction, explique la FFMC 37. En menant cette action, nous voulons interpeller directement le préfet afin qu’il fasse respecter la loi auprès des collectivités locales ».

Militants motivés
Les militants motivés ont sillonné l’agglomération tourangelle. À Chambray, avenue de Branchoire, ils ont tagué des ralentisseurs jugés dangereux. Dans la commune d’Esvres, ils ont identifié à l’aide d’une peinture fluorescente les aménagements non conformes.

Entretien des routes
Outre les ralentisseurs, les motards ont voulu par leur action du jour pointer du doigt la dégradation des chaussées due au défaut d’entretien des routes. Ce fut notamment le cas dans la commune de Truyes, au niveau d’un carrefour de la RD 943, où les nids de poule sont nombreux et peuvent causer la perte de contrôle d’une moto par son conducteur. Les Motards en colère ont eu recours à l’humour pour faire passer leur message. Génial !

Mais pour l’instant, les autorités locales sont restées sans réaction, à l’exception de la mairie d’Esvres (lire ci-dessous)… Affaire à suivre.

Dernière minute : la commune d’Esvres contre-attaque
En réponse à cette action citoyenne, la mairie d’Esvres (37) a porté plainte contre la FFMC 37 pour avoir signalé un ralentisseur à la peinture. Une infrastructure routière dangereuse qui se trouve par ailleurs sur une route très détériorée. Affaire à suivre…

Publicité
Publicité