À la suite de la parution au Journal officiel du décret n° 2017-667 et de l’arrêté du 27 avril 2017, la Délégation à la sécurité et à la circulation routières (DSCR) change de dénomination, au 30 avril 2017, pour devenir la Délégation à la sécurité routière (DSR).

Quelle est la raison officielle ?
« Gagner en lisibilité pour le grand public et marquer sa pleine intégration au ministère de l’Intérieur ».
Le délégué à la sécurité routière demeure délégué interministériel à la sécurité routière. Toujours dans une volonté de clarification, la structure, la dénomination et le rattachement de certaines sous-directions ou de certains bureaux sont également modifiés.

On vous passe les détails, nombreux sont les « bureaux » et « sous-directions » qui mutent. La Sécurité routière est une grosse machine… Si vous voulez vous plonger dedans, rendez-vous sur le site www.securite-routiere.gouv.fr.

Inventaire à la Prévert
Néanmoins certaines dénominations sont savoureuses, et l’on ne peut s’empêcher un petit inventaire à la Prévert, un brin ironique :
- on note l’apparition d’une « sous-direction de la protection des usagers de la route »… contre eux-mêmes ?
- Le « bureau des usagers de la route et de la réglementation des véhicules » prend désormais le nom de « bureau national de l’immatriculation des véhicules », pour gagner en lisibilité.
- la nouvelle « sous-direction de la protection des usagers de la route » accueille deux nouvelles missions : elle est en charge respectivement « des deux-roues motorisés » et « des relations avec les forces de l’ordre »… une telle proximité est-elle bon signe pour nous ?
- par ailleurs le « service du fichier national des permis de conduire » devient le « bureau national des droits à conduire ».

Plus de sécurité, moins de circulation…
Dans l’absolu, on comprend le soucis de clarté de l’administration. Développer l’appellation complète de la DSCR était d’ailleurs, pour nous journalistes, une gageure : c’était long et on avait de grands risques de se tromper en l’écrivant… Là c’est plus simple ! Mais pourquoi avoir fait disparaître la dénomination de circulation, au profit de la sécurité ?

« Fin de la « circulation », juste de la « sécurité »… tout un programme ! Notez bien que, depuis quelques temps, on avait remarqué », constate un militant des Motards en colère… qui met le doigt sur un détail passant presque inaperçu, en tout cas dans la communication officielle sur le site de la Sécurité routière :

« Dans le communiqué, il est écrit : « pour marquer sa pleine intégration au ministère de l’Intérieur » ; autrement dit, le tournant sécuritaire, affirmé à l’époque à laquelle Brice Hortefeux était ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy, est confirmé par ses successeurs ».

- Lire l’arrêté du 27 avril 2017

- Lire le décret du 29 avril 2017

Publicité
Publicité