Après l’accrochage musclé entre Cairoli et Philippaerts au Portugal, tous les yeux étaient braqués sur leurs retrouvailles hispaniques. Blessé à un doigt et dans l’incapacité de s’entraîner durant la semaine séparant les deux épreuves, David Philippaerts (Yamaha N°19) n’a nullement cherché à se venger de quelque façon que ce soit. Sa meilleure réponse est certainement son podium acquis grâce à deux excellents résultats (3/2). Qualifié trop loin (14e) pour obtenir une bonne place sur la grille, l’Italien du team Yamaha Rinaldi a livré deux solides prestations. Il en ressort satisfait de son résultat car il ne s’attendait vraiment pas à viser un podium dans l’état actuel. Le champion du Monde MX1 en titre s’installe à la cinquième place du provisoire en attendant de récupérer l’entièreté de ses facultés.
Au contraire de son compatriote, Antonio Cairoli (Yamaha N°222) se fait une nouvelle fois remarquer en allant au contact avec d’autres pilotes. Ayant déjà terni son image au Portugal, le pilote De Carli Yamaha se fait de nouveaux amis au sein du peloton MX1 en Catalogne. Auteur d’une attaque sans grande chance de réussite sur l’Anglais Mackenzie puis en se frottant au coriace et expérimenté Josh Coppins (coéquipier de Philippaerts), Cairoli perd cette fois gros en mordant la poussière assez violemment, en première manche (8e). Le double Champion du Monde MX2 limite par la suite les dégâts en montrant son meilleur visage (celui du pilote hyper rapide qui n’a pas besoin de manœuvres viriles pour passer) en effectuant une superbe remontée en deuxième manche et en s’imposant devant Max Nagl dans les derniers tours. Troisième du Grand Prix, Cairoli conserve la tête du classement MX1 avec 36 unités d’avance sur Barragan.

Au pied du podium général, on retrouve ce même Maximilien Nagl (KTM N°5) qui perd sans doute le dernier accessit du podium en étant gêné par la chute d’un pilote attardé devant lui, et alors qu’il mène largement la deuxième manche. Le pilote officiel KTM n’en effectue pas moins une superbe performance lors de l’étape espagnole car il est apparu extrêmement épuisé à l’arrivée (la chaleur ?).

Le grand perdant du jour est certainement le Belge Ken De Dycker (Suzuki N°9) . Pris dans une chute avec Tanel Leok en première manche, l’officiel Suzuki se relève avec un poignet abîmé. S’il termine la manche et marque de bons points, au courage, dans la seconde (6e), le verdict médical tombe et le Flamand sera équipé d’un beau plâtre pour quelque temps, de quoi le ralentir dans sa saison.

Côté tricolore, on a enfin retrouvé un David Vuillemin (Kawasaki N°12) capable de jouer les trouble-fêtes grâce, notamment, à de bons départs. Qualifié pourtant en quinzième position seulement, le Marseillais du team Kawasaki Bud Racing réussit son meilleur Grand Prix depuis le début de saison (5/9). De quoi lui redonner un peu le moral.
Toujours aussi rapide au chrono, Grégory Aranda (Kawasaki N°20) n’enregistre pas les résultats qu’il mérite à cause de son abandon en première manche suite à un contact avec la moto de Leok (à terre). Il se rattrape et accroche le dixième rang de la 2e manche après avoir connu un coup de barre, « manquant encore de physique » dixit l’intéressé.

MX2 : Van Horebeek s’offre son premier Grand Prix

Si le déroulement de la première manche augure d’une nouvelle domination du Portugais Rui Goncalves (KTM N°5), c’est la victoire surprise mais bien méritée de Jérémy Van Horebeek (KTM N°89) qui ponctue la journée. Handicapé en début de saison par une blessure à l’épaule qui a retardé sa préparation, le jeune Belge du KTM Junior Team semble proche de son état de forme optimal. Troisième de la manche qualificative, le protégé de Jacky Martens (Champion du Monde 500 cm3 1993) s’est attaqué à Goncalves en première manche sans parvenir à le déborder (2e). De ses propres dires, un déclic s’est produit au cours du deuxième acte. Alors cinquième, « The Jerre » s’est senti poussé des ailes afin d’avaler Goncalves et surtout Aubin pour le gain de la troisième place dans le dernier tour. Du même coup il remporte le premier Grand Prix de sa jeune carrière qui en appelle d’autres, soyons en sûr. Il pointe désormais à la 10e place du classement provisoire MX2.

Sur la deuxième marche du podium, on retrouve l’homme fort depuis maintenant trois Grands Prix : Rui Goncalves. Impressionnant par sa faculté à s’extraire du paquet en tête lors de chaque départ, l’officiel KTM Red Bull démontre, une nouvelle fois, sa forme actuelle en enlevant la première manche et en maîtrisant les velléités de Van Horebeek. Sans doute est-ce l’erreur commise en deuxième manche qui coûte la victoire finale au Portugais. Sous l’attaque de Roczen, Goncalves part à la faute et chute sur la tête. Sonné, il repart mais ne finit que cinquième. Qu’importe, il reprend encore quelques points précieux aux pilotes le devançant au provisoire du championnat et occupe désormais le quatrième rang.

La sensation française du week-end est, sans aucun doute, le retour fracassant d’Anthony Boissière (KTM N°22) directement à la troisième place du général. Blessé lors de l’ouverture du championnat en Italie puis, de nouveau, en Hollande, le pilote KTM HDi ne commence réellement sa saison qu’en Espagne et de quelle manière ! Cinquième en qualification, « Toto » prend un excellent envol dans la manche 1. Longtemps deuxième, il connaît une légitime baisse de forme et assure un rythme qui l’amène au septième rang. Le véritable exploit arrive dans la seconde manche. Tout aussi bien sorti de la grille, le vice Champion de France MX2 2008 réussit à doubler Goncalves et prendre la tête de la manche pour ne plus la quitter, même sous les assauts de Ken Roczen (Suzuki N°94).

Décidément, ce dernier ne cesse d’épater les suiveurs (6/2). Du haut de ses 15 printemps, l’Allemand Roczen a failli remporter tout simplement sa première victoire de manche pour sa deuxième apparition à ce niveau et manque aussi le podium de peu. La relève allemande échoue au quatrième rang final.

Quid des leaders du Mondial MX2, Paulin et Musquin ? L’un comme l’autre ont connu quelques difficultés sur le tracé de Bellpuig.
Pour le détenteur de la plaque rouge de leader, Gautier Paulin, le week-end commença très mal avec une chute en qualification (33e). Deux nouvelles chutes (une dans le 2e tour de la manche 1, l’autre au départ de la manche 2) ne lui permettent pas de revenir aux avant-postes et il échoue par deux fois au 16e rang.
De ce fait, Marvin Musquin se voyait proposer une opportunité énorme de dépasser son compatriote au provisoire et même, pourquoi pas, prendre le large s’il réalisait deux bonnes courses. Malheureusement pour le pilote Honda NGS, deux mauvais départs sur ce circuit mono trajectoire ne lui donnent pas l’occasion de marquer de gros points, les remontées étant très difficiles. Quatorzième puis neuvième, Marvin s’empare du leadership mais ne creuse pas l’écart sur ses adversaires et sur le pilote Bud Racing en particulier. Trois petits points séparent Musquin de Paulin.

Beau tir groupé derrière de Boog, Frossard et Aubin qui prennent respectivement les 5e, 7e et 8e places du Grand Prix. Au classement provisoire, les trois hommes se suivent dans le même ordre aux 5e, 6e et 7e positions. Soit cinq français dans les sept premiers du Mondial MX2 !
A noter que Loïc Larrieu n’a pas participé au GP car il s’est déboîté l’épaule dans un accrochage en qualification.

WMX : Laier victorieuse mais Lancelot marque les esprits

La piste espagnole accueillait aussi le championnat féminin. A cette occasion, l’Allemande Stephanie Laier (KTM N°110) empoche le Grand Prix devant sa compatriote Larissa Papenmeier et notre Livia Lancelot nationale.
La pilote officielle KTM met fin (temporairement) à la domination de la Française Lancelot. (Kawasaki N°114). Il faut bien avouer que cette dernière a bien aidé la Teutonne dans son objectif en chutant lourdement lors du premier acte, le samedi, et en ne finissant pas mieux que cinquième. Dimanche, la pilote Kawasaki KRT remet les pendules à l’heure en enlevant la course mais surtout en mettant un petit coup au moral de Laier, incapable de l’attaquer efficacement.
Au championnat, Livia conserve la tête provisoire avec seize points d’avance sur Laier avant de pouvoir compter sur le soutien d’un public tout acquis à sa cause lors du Grand Prix de France à Ernée, les 6 et 7 juin prochains.

Prochain RV du GP MX : les 30 mai et 1er juin 2009, sur le circuit de Mallory Park.

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité