Retracer l’histoire du circuit Carole, ce fut facile ?
À l’origine du projet de livre, la FFM pensait le réaliser en interne. Mais face à l’ampleur de la tâche, il a vite été décidé de faire appel à un journaliste indépendant.

Car rien n’a jamais été écrit sur Carole. J’ai mené un véritable travail d’investigation pour recueillir les témoignages des motards qui étaient à l’origine du circuit et trouver des illustrations.

Il fallait retrouver les protagonistes, les contacter, les rencontrer, ce qui explique les deux années d’activité. Je suis allé à Brest rencontrer Jacques Arnal, j’ai également eu une entrevue avec Patrick Gambier, fait témoigner Jean-Marc Maldonado, le premier coordinateur de la FFMC qui vit lui aussi en Bretagne…

C’est un travail fastidieux mais passionnant que de voyager pour trouver des infos sur un circuit à côté de chez nous…
Exactement. Jacques Arnal m’a sorti trois cartons de photos. J’ai retrouvé des photos de Coluche, qui venait régulièrement tourner sur son 350 RDLC, de Nicolas Hulot, qui était un assidu de Carole !

As-tu toi-même roulé sur le circuit Carole ?
À l’âge de 18 ans, comme nombre de motards je rêvais de rouler sur circuit et je suis venu à Carole. J’étais paumé sur la piste, j’avais un FZR 600 et j’ai roulé en 1’17… En 1995, j’y ai couru ma première compétition en Promosport 400 (400 ZXR) ; la première d’une cinquantaine de courses. Carole, c’est mon circuit et c’était donc émouvant de raconter son histoire.

Es-tu loin du record de David Checa ?
Oui ! Mon meilleur temps, c’est 1’03’’6 avec une Yamaha R6 en 2007.

Complément d’information

- Présentation du livre de la FFM sur le circuit Carole
- Interview de Jacques Bolle, président de la FFM : « Un circuit unique »

Publicité

Commentaire (0)

Publicité