Essai

En images

H-Ker First made in France : l’équipe au complet H-Ker First : la place est comptée H-Ker First : une moto qui en impose H-Ker First : moteur électrique à refroidir

Amusante !
Combi, casque, bottes et gants enfilés, prise du chargeur externe débranché, nous voici aux commandes de ce qui s’apparente à une Yamaha YZF découpée, et recouverte d’un magnifique carénage de moto de course. Pour économiser sur le coût des composants, la société H-Ker s’est rapprochée de Yamaha, et reprend l’intégralité de la partie-cycle de la 125 qui sert actuellement en championnat mono-marque lors des manches de Promosport (ou à monsieur tout le monde pour aller chercher son pain).

Roues, fourche, bras oscillant, freins… tout est réutilisé, sauf le moteur. Le châssis est, quant à, lui sérieusement découpé et ressoudé, pour qu’il puisse accueillir les larges batteries au lithium-ion, et le moteur électrique de 35 ch refroidi par air, placé le plus bas possible.

Pas de coup d’embrayage ou de passage de vitesse pour s’élancer dans la ligne droite des stands. Tel un scooter, la moto ne se pilote qu’au tour de poignée. Passé le premier virage, on s’aperçoit de suite du surplus de poids imposé par les batteries, placé haut. Les 160 kg annoncés par le constructeur sont bien présents, mais la moto accélère relativement fort, grâce à un couple moteur annoncé impressionnant : 61 N.m.

Surchauffe…
En bout de ligne droite, on parvient à atteindre 140 km/h avant de prendre les freins. On entend alors le vent siffler, mais assez peu le moteur et son « vvvv » d’aspirateur. À la ré-accélération, les à-coups de transmission constatés lors de notre premier essai (lire Moto magazine n°294 de février 2013) ne se font plus sentir. Du côté de la gestion électronique de l’accélérateur, tout semble aussi réglé. La rotation de la poignée amène plus progressivement la puissance.

Deux tours plus loin, un témoin de chauffe se met malheureusement à clignoter. Retour au stand pour un check-up complet. Le moteur a surchauffé, il faut le refroidir, sinon il pourrait bien serrer. Dommage, on commençait à prendre la mesure de l’amusement possible au guidon de cet engin intriguant.

Verdict
Toujours en développement, la First est une moto intéressante qui peut avoir son utilité en initiation, même si les performances en termes de fiabilité et d’autonomie restent encore incertaines, comme nous l’a montré cet essai. À titre de comparaison, un roadster électrique Zero, homologué pour la route, sera plus performant (+ de 150 km/h, 130 km d’autonomie, sans surchauffe ni panne lors de l’essai…). Dur dur pour la petite française, qui est vendue à un tarif approchant (environ 15 000 euros).

Mais la société Ker semble mener plusieurs projets de front, comme sa participation au TTXGP au guidon d‘une vraie machine de compétition, qui devrait développer 150 ch pour 200 kg. De quoi tester de nouvelles solutions, et, peut-être, arriver rapidement au niveau de la concurrence ?

Infos en plus
Publicité