En images

Choisir ses gants d’été : crash test gant Choisir ses gants d’été : coqué ou pas Choisir ses gants d’été : bien vu ! Choisir ses gants d’été : mal vu !

Ne transigez pas avec la qualité de serrage du poignet. Une fois ajusté, retirer le gant doit être impossible. Un gant n’est en effet d’aucune utilité s’il se détache lors d’une chute. Une lanière faisant tout le tour du poignet est efficace.

Clous :

Le rôle des rivets métalliques présents sur la paume de certains gants est de favoriser la glisse et de limiter l’abrasion du gant lui-même. Assurez-vous que l’envers de ses rivets soit séparé de la peau par une doublure ignifugée ou un empiècement de cuir. Dans le cas contraire, leur échauffement lié au frottement contre le bitume vous brûlera la main.

Aéré :

Les gants "aérés" offrent une sensation de fraîcheur très agréable. Du fait de sa faible résistance à l’abrasion, la maille aérée ne devra jamais se trouver à des endroits stratégiques en termes de protection. L’idéal est de la situer entre les doigts.

Confort :

Une doublure facilite l’enfilage et offre un toucher plus agréable. Attention, elle ne doit pas être mobile sous peine de se désolidariser du gant à la première occasion. Crise de nerfs assurée au moment de remettre chaque doigt à sa place. Veillez aussi à ce que la doublure ne forme pas de plis ou n’obstrue pas carrément le passage d’un doigt.
Certains modèles, non doublés, déteignent sur les mains.
Des coutures externes ou plates sont un gage de confort. En enfilant le gant, assurez-vous qu’aucune couture ne titille le bout des doigts sous peine de voir vos mains suppliciées au fil des kilomètres.

Étanchéité :

Les modèles à insert étanche (Goretex ou Hipora) ne sont pas indispensables. Même détrempée, une paire de gant sèche toujours très vite en été. L’intérêt de l’insert réside surtout dans la possibilité d’étendre la plage d’utilisation des gants en permettant leur utilisation au printemps et à l’automne.

Publicité

Commentaires (2)

Infos en plus
Publicité