En images

visuel visuel
JPEG - 29.8 ko
 : Arnaud Demeester escompte bien rajouter son nom au bas de la légende du Touquet en remportant une 5ème victoire cet après midi.

Dimanche 6 février, Arnaud Demeester espère bien égaler le record de 5 victoires de Kees Van der Ven (1982 à 1986) et empocher au passage le grand chelem, c’est à dire toutes les victoires en courses de championnat de sable « Ce sera la première fois » explique le pilote officiel Yamaha, avec un peu d’appréhension dans la voix.

En effet Arnaud Demeester, donné favori ces deux dernières années a toujours raté la première marche du podium. Cette année, un autre problème devrait s’ajouter à ses préocuppations. « La piste n’est pas assez technique ! » affirme-t-il vendredi en fin d’après midi après plus deux heures de reconnaissance du circuit à pied.

« La piste est franchement trop facile, c’est du nivellement par le bas ! » maugrée-t-il. La crainte du Dunkerquois est de se retrouver englué dans le peloton avec tous les risques d’accrochage avec des pilotes moins expérimentés dans les premiers tours.

Mais sa machine est au point, toutes ses victoires en championnat de France de sable sont là pour en témoigner. « On a beaucoup travaillé sur les suspensions (d’origine) qui sont beaucoup plus souples que la fourche Ohlins que j’avais avant. Résultat la moto est nettement plus confortable.

lire le CR du 30ème Enduro du Touquet

Potisek : Le challenger

JPEG - 20 ko
Timotei Potisek représente la relève chez Honda. Il a de qui tenir puisque son père et ses frères sont pleinement impliqués dans cette aventure.

Un des challengers cette année, est le jeune Timotéï Potisek. Agé seulement de 21 ans, il connaît l’odeur du podium puisqu’il est monté sur la 2ème marche de l’enduro du Touquet l’an dernier.

C’est d’ailleurs cet exploit qui l’a fait repérer par Bernard Rigoni, le patron de la divison sports de chez Honda. Depuis le début de l’année, Timoteï est donc sous contrat chez les « rouges » et représente désormais la relève.

Ses atouts, une 450 CRF plus affutée que l’an dernier avec un cadre allégé génération 4 dont le profil est diminué ce qui lui permet de gagner 1 kilo. Il absorbe mieux les chocs tout en étant plus rigide selon Bernard Rigoni.

Timotei Potisek, est presque serein et ne ressent pas la pression contrairement à ses adversaires, il a encore tout a prouver.

Moussé : coup de dé

JPEG - 26.3 ko
Jean Claude Moussé et sa KTM 525 vont jouer un coup de dé devant les 300.000 spectateurs de l’enduro : vont-ils aller jusqu’au bout ?

Après avoir remporté la victoire en 2004, Jean Claude Moussé s’est vu proposer de nombreux contrats de la part des différents constructeurs (Honda, Yamaha, Kawasaki,...).
Son choix s’est orienté vers KTM qui pourtant n’était pas revenu au plus haut niveau depuis Kees Van Der Ven. « J’essaye de mettre toutes les chances de mon côté, j’ai décidé de rouler en KTM car le 525 CM3 est pour moi ce qu’il y a de meilleur sur le marché à l’heure actuelle ». Il est ainsi devenu le pilote leader de la marque autrichienne pour 2 ans en signant directement avec les responsables de l’usine.

Ce qui motive JCM, c’est le challenge car en faisant ce choix, il savait que la moto n’était pas encore assez développée.
Tout le monde a pu le voir, car depuis le début de la saison, il a connu déboires sur déboires avec quatre abandons pour casse sur cinq courses.
« On a eu des problèmes avec l’embrayage et le moteur qui montait un peu haut en température ».

Malgré la descente du staff KTM usine au terrain de Loon plage (59), courant novembre, les problèmes n’ont pas été réglé pour autant.

Mais Jean-Claude Moussé ne perd pas pour autant de vue le podium pour cet enduro du Touquet 2005 « Je suis encore capable de gagner, c’est un tracé qui me convient bien, il n’y aura plus de bouchon ce qui évitera à ma moto de chauffer. »

Johnny Aubert : une stratégie à tiroir

JPEG - 18.9 ko
Johnny Aubert, pilote de moto cross du team Casola PSM, a été apellé en renfort par Yamaha, pour contrer les pilotes Honda.

Pour sa première saison de sable Johnny Aubert a déjà marqué les esprits avec une 2ème place à Grayan et une 3ème à Hossegor, il annonce ainsi la couleur ! Pourtant, il ne vise pas la première place qu’il laisse volontiers à Arnaud Demeester. « Je n’y vais pas pour gagner, Arnaud va trop vite et je ne roule qu’à 70, 80% de mes capacités ».
En effet, n’ayant été prévenu de sa participation aux courses de sable qu’ à la dernière minute, il ne lui a pas été possible de s’entraîner au maximum.

Sa présence n’est pas anodine, elle fait partie de la stratégie de Yamaha pour aider Arnaud Demeester à remporter la victoire et ne plus subir l’affront du triplé Honda de 2004.

Pour cela, Johnny est allé s’entraîner avec le 450 YZF à Loon plage (59) en compagnie d’Arnaud Demeester afin de s’adapter au mieux au sable après une saison courue en moto cross aux Etats-Unis.

« Il y a une différence de pilotage, ici les circuits sont plus grands, plus larges, plus roulant, alors qu’en cross, les circuits sont plus petits et les virages plus serrés ».

Marie Bayart correspondante 59

Publicité

Commentaire (0)

Publicité