Accueil > En attente de décision > Sécurité routière : Dépistage salivaire de la drogue

Sécurité routière : Dépistage salivaire de la drogue

lundi 18 juin 2007

Le 18 juin 2007 à Saint-Ouen-l’Aumône (95), Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, a lancé une campagne d’expérimentation de tests salivaires pour dépister certaines drogues au volant.

JPEG - 38 ko
Quel que soit le véhicule, selon Michèle Alliot-Marie, la drogue serait responsable « chaque année de plusieurs centaines d’accidents mortels ».

Visées : les drogues les plus répandues
Au courant de l’été prochain, trois tests seront expérimentés auprès d’usagers de la route volontaires, ayant au préalable été contrôlés positif lors du test urinaire actuellement utilisé. L’expérimentation sera effectuée par la police dans dix villes : Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Strasbourg, Rennes, Montpellier et Lille. La gendarmerie opérera dans trois régions : Centre, Pays-de-Loire et Loraine.

Policiers et gendarmes désirent expérimenter chaque test une centaine de fois. Si son efficacité est avérée, le nouveau contrôle serait mis en service dès 2008. Il permettrait de constater la consommation de cinq types de drogues : cannabis, cocaïne, amphétamines, ecstasy et opiacés.

Dépistage facilité
Le but de cette expérimentation est aussi de rendre le dépistage de drogues presque aussi simple que celui d’alcool. Pour le moment, la procédure reste lourde : dans un véhicule de police dédié, la présence d’un médecin est nécessaire pour effectuer un test urinaire. Si celui-ci est positif, une analyse sanguine est effectuée, puis confirmée par un laboratoire.

Le test salivaire prend trois minutes et la présence d’un médecin ne sera plus nécessaire. L’analyse sanguine et sa confirmation resteront toutefois en vigueur.

G.A.

- Voir notre enquête sur "Les dangers cachés des médicaments"
Rouler sous l’emprise des médicaments occasionne somnolence, perte de vigilance, hallucinations. La liste noire de 250 produits à prohiber sur la route

- Commandez en ligne notre test grandeur nature : Alcool et moto : à 0,25 g dans le sang , déjà bourré et en perte d’équilibre

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?