Accueil > En attente de décision > Québec : les motards inquiets pour leur liberté

Québec : les motards inquiets pour leur liberté

lundi 29 mai 2006

L’édition 2006 de la Journée du Loup, événement annuel organisé par le CAPM (Comité d’action politique motocycliste), s’est déroulée dimanche 21 mai, à Montréal, au Québec. À cette occasion, presque 30.000 motards ont manifesté, ainsi qu’à Québec et quatre autres villes, pour protester contre l’importante hausse des coûts des permis de conduire et des droits d’immatriculation.

La SAAQ (Société de l’assurance automobile du Québec), mandataire du gouvernement, enregistre un déficit annuel de 500 millions de dollars. C’est pourquoi, fin avril, elle a annoncé cette mesure, et l’a présentée comme inéluctable d’ici à 2007/2008.
Le montant des droits d’immatriculation varie selon le type de machine. Il passerait de 253 $ à 393 $ pour la plupart des motos, et irait jusqu’à 957 $ pour les sportives. Le coût du permis de conduire, lui, subirait une hausse vertigineuse de 260%, tout aussi « inévitable ».

Le CAPM, équivalent québécois de la FFMC (Fédération française des motards en colère), s’interroge donc sur l’avenir des droits et des libertés des motards.
Cependant, il se félicite, dans le compte-rendu de cette journée d’action, de la mobilisation importante des motards canadiens, comme de la couverture médiatique jugée très satisfaisante.

Cette journée d’action était le fruit de la collaboration du CAMP, de l’Association des marchands de motos du Québec, du Conseil de l’industrie de la motocyclette et du cyclomoteur et enfin de la Fédération motocycliste du Québec. Associations regroupées au sein de la Coalition-moto, créée le 10 mars dernier.

Répression en France, dissuasion au Québec

Les motards québécois semblent rencontrer des problèmes similaires à ceux de leurs homologues français. Ils se trouvent principalement en butte à un manque de cohérence entre les réels problèmes de sécurité routière et les solutions apportées par le gouvernement.

« Au lieu d’augmenter les revenus, qu’on fasse plus d’efforts pour accroître la sécurité pour diminuer le nombre de blessés et de victimes motocyclistes sur les routes », propose Bernard Benoît de la Fédération motocycliste du Québec. Il déplore notamment que les dirigeants mettent sur le dos de tous les motards le résultat du comportement d’une minorité.

Quoiqu’il en soit, les craintes des motards québécois sont fondées. Si la mesure de la SAAQ est appliquée, nombre d’entre eux vont devoir renoncer, faute de moyen, à l’objet de leur passion. Et ceux qui voudraient s’adonner aux joies du deux-roues ont de quoi être dissuadés de passer leur permis.

G.A.

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?