Accueil > En attente de décision > Les gros sous des radars intéressent la Seine-et-Marne

Les gros sous des radars intéressent la Seine-et-Marne

mercredi 27 juin 2007

Après l’Essonne, le Gers et l’Aude, c’est désormais la Seine-et-Marne qui, depuis début juin 2007, réclame à l’Etat sa cote part du profit réalisé à l’aide des radars automatiques placés sur les routes du département.

On connaissait l’arroseur arrosé, voilà maintenant le racketteur racketté. Ce département d’Ile-de-France va instaurer une « redevance forfaitaire annuelle d’occupation du domaine public départemental ». En fait, une sorte de droit payable par l’Etat, pour se faire de l’argent sur des routes dont l’entretien relevait encore de sa responsabilité il y a peu.

JPEG - 42 ko
Pour la réparation des radars vandalisés, et dans le cadre d’un commerce « équitable » avec l’État, les élus locaux seraient-ils prêts à sacrifier une partie du probable revenu de leur taxe ?

Raisons de la colère
En majorité et à l’instar des élus d’une quinzaine d’autres départements, les conseillers généraux de Seine-et-Marne estiment que la compensation financière donnée par l’Etat pour le transfert de la gestion des anciennes routes nationales est très insuffisante. L’instauration de cette « redevance » modérerait donc une partie des charges supplémentaires subies par le département.

Une délibération semblable du Conseil Général de l’Essonne a été récemment validée par la cours administrative d’appel de Versailles. Mais le préfet du 91 a déposé un recours et l’issue de ce duel avec l’état ne devrait pas être connue avant six mois. Si l’Essonne obtient satisfaction, la bagatelle de 120.000 € par ans tombera dans ses caisses. Cette manne « essonnante » et trébuchante n’a pas échappé aux élus de tous les autres départements.

Quant aux usagers pressurés sous prétexte de sécurité routière, que l’argent soit partagé ou pas ne changera rien à leur sort, ils seront toujours les moutons tondus de l’affaire. Les élus locaux n’ont rien dit quant à leur éventuelle participation financière à la remise en état des radars vandalisés.

Pascal Girardin

Dans Moto Magazine et sur MotoMag.Com :

- Plus d’infos sur la future politique radariste dans Moto Magazine N°239, juillet-août 2007, page 10 et 11 (en kiosque jeudi 27 juin et à commander en ligne)

- Commandez en ligne notre reportage au Salon de la Police : business et répression
- Voir également en ligne une illustration du ras le bol de la repression aveuble : CRS : une nouvelle race de motards en colère......!

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?