Accueil > En attente de décision > A l’Ecole Nationale des TPE : « pour ou contre les radars automatiques ? (...)

A l’Ecole Nationale des TPE : « pour ou contre les radars automatiques ? »

samedi 4 février 2006

JPEG - 21.3 ko
une partie des élèves et intervenants lors du séminaire ENTPE du 1er février. A l’extrême gauche : M Spenlehauer, Directeur du groupe d’analyse du risque routier à l’INRETS.

L’ENTPE (Ecole nationale des travaux publics de l’Etat) a organisé un séminaire, le 1er février, pour ses étudiants. Cette école forme des ingénieurs destinés pour la plupart aux Directions de l’Equipement. Elle est basée à Vaulx-en-Velin, dans la région lyonnaise.
L’objectif était de les sensibiliser aux différents moyens d’améliorer la sécurité routière avec pour thème central « le rôle des radars automatiques ».

Le séminaire, organisé par Anaîk Purenne (ENTPE) et Vincent Spenlehauer (INRETS), regroupait une vingtaine d’étudiants. Les intervenants étaient le chef du service Circulation de la DDE du Rhône, le directeur de la Voirie du Grand Lyon, le directeur de la Voirie du département du Rhône, le maire de Lyon, le directeur départemental de la police nationale, le responsable d’une association de défense des piétons, et la FFMC du Rhône.

La FFMC 69, présente au séminaire, a tenté de montrer qu’il existe d’autres moyens que la répression pour faire baisser l’accidentologie, notamment en milieu urbain.

L’intervention de la FFMC portait essentiellement sur les effets pervers des radars automatiques et du Contrôle-sanction automatisé.
Faire évoluer les comportements, promouvoir le respect et la solidarité, améliorer la formation initiale et développer les formations post-permis, améliorer la voirie et la signalisation et enfin mieux comprendre l’accidentologie des motos. Telles étaient les propositions du mouvement qui ont été exposées. Elles constituent un complément, une alternative à la répression systématique.

L’intervention de la FFMC a été jugée trop partiale, voire « à la limite de l’honnêteté », par le directeur du Groupe d’analyse du risque routier. Mais l’important a été de faire comprendre aux étudiants que la parole des politiques ne pouvait pas avoir valeur d’évangile. Qu’il est toujours utile d’avoir différents points de vue avant de se forger une opinion.

Texte et photo : A. Burckhart, correspondant 69.


Voir en ligne : ENTPE

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?