Sujet

François
le 30 janvier 2017 à 18:15

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

En 2017, l’emblématique BMW R 1200 GS passe à la norme Euro 4 et devient personnalisable. Découverte de deux versions, l’une équipée route baptisée Exclusive, l’autre orientée piste et nommée Rallye.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
FPW46

le 14 février 2017 à 00:22

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

Manu,

La GS te satisfait, tant mieux... Mais je suis désolé faisant partie des moins de 1,80m (je fais 1,75m ce qui dans ma jeunesse était loin d’être considéré comme petit) et comme pour tous les gros trails actuels je ne me hasarderai jamais sur une telle machine !

Par ailleurs il est parfaitement logique que tu ais accepté pour ton véhicule principal de payer un prix élevé... Cela dit, aujourd’hui, que cela nous plaise ou non, la moto est le plus souvent un véhicule secondaire par obligation familiale entre-autres...

Mais ne vient surtout pas nous dire que les machines actuelles - y compris les BMW - ne sont jamais mauvaises - surtout en matière d’électronique embarquée :

Pas moins de 16 pages de ce forum sont en effet consacrées à un appel à témoins pour une panne d’assistance électrique au freinage sur une BMW !

J’ai pu tester par ailleurs le manque d’empressement du S.A.V. de BMW France à reconnaître leur responsabilité dans diverses malfaçons, surtout quand elles relèvent de la garantie sans limite attachée au vice caché !

FPW

Répondre à ce message
auteur
manu64

le 13 février 2017 à 19:09

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

J’ai une Gs Lc. Je ne suis ni riche ni bobo mais je cherchais un modèle qui convienne à mon utilisation, cad véhicule principal (plus 25000km/ an). Pour ce qui de l’électronique, vous pouvez la déconnecter et , croyez moi, la Gs reste impressionnante. Je connais pas mal de motards qui en ont une, et il y beaucoup de gros rouleurs, les autres achètent certainement des NineT. Il n’y a plus vraiment de mauvaises bécanes de nos jours, à chacun la sienne, qu’on arrête de ranger les motards dans des cases.

Répondre à ce message
auteur
phil03

le 9 février 2017 à 11:18

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

bjr,,
hors sujet ici ,,, mais pkoi qd je clic sur " questionnaire de votre moto d occasion" rien ne se passe ???

merci

Répondre à ce message
auteur
PENIBLE

le 8 février 2017 à 17:03

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

En conclusion : Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ai l’ivresse, sachant que le traitement et la posologie évoluent avec l’âge :-)

Répondre à ce message
auteur
FPW46

le 8 février 2017 à 09:09

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

Salut Ludo

Tu écris :

>> A bientôt 63 ans (aussi , hé oui...) et retraité depuis peu , je peux aussi me permettre de ne rouler que par envie , non par nécessité (environ 15 à 20000 km/an) mais ça me fait quand même bien ch...suer quand je vois l’état de la moto (et du bonhomme) après une mini sortie sur routes humides !!! <<

Je dois dire que sauf à me tourner (si j’en avais les moyens :-( ) vers la T-120 (et encore c’est un peu limite côté garde-boues, sur tout à l’avant) le choix n’est guère vaste... Quant aux éléphants (sans side) que sont devenues les GT (ou prétendues telles - pour moi ce sont des autoroutières, plus des routières polyvalentes) sans parler de leur prix : même pas en rêve (surtout avec ma "fermeture éclair" sur le bide, même 5 ans après).

L’état du bonhomme ? Faut pas rêver, même avec ma bonne vieille R 69 S de 1967 on était bien rincé en cas de pluie - ce qu’on appelle aujourd’hui roadster oblige... Simplement à 63 balais, on le supporte bien moins facilement ! Pour l’état de la machine là, y’a pas photo, c’est désastreux sauf pour les machines carénées intégralement et côté BMW ça a commencé dès l’apparition de la série /5 avec le garde boue arrière sur lequel on avait le choix entre implanter une très inesthétique bavette ou être trempé là ou le dos perd son nom (à l’époque, la "bonne" blague qui circulait était de dire qu’il fallait toujours emmener son "sac de sable" par temps de pluie)... Ceux qui ont lancé cette mode idiote étaient les designers japonais !

Question lobbying, ce ne sont pas les constructeurs français de caisse seuls qui désormais font antichambre mais tous les constructeurs... Nous ne sommes plus au temps où les droits de douane limitaient sérieusement l’entrée des véhicules étrangers en France... Je pense plutôt qu’il s’agit là du refus de renoncer à une politique de pseudo-sécurité routière (et de "sécurité rentière") fondée sur deux piliers essentiels : la répression de la "vitesse" et - pour diminuer les bilan dans la réalité le recours à la seule sécurité passive très peu efficace pour les 2RM par définition et dont les limites d’efficacité au vu des connaissances actuelles est désormais atteinte pour les véhicules carrossés. En face de ça tu as les exigences sous peine d’amende de Bruxelles en ce qui concerne la diminution des bilans... Dans bien d’autre pays, on fait aussi appel à des mesures de sécurité active (examen régulier de la vue pour valider les permis en Italie par exemple) et reconnaissance du fait que la "vitesse" n’est PAS la cause DIRECTE de la plupart des accidents (Allemagne depuis toujours, mais où on est plus sévère sur les vraies fautes de conduite et où on sanctionne aussi les conneries des piétons et des cyclistes au lieu de les encourager, Grande-Bretagne où des projet très sérieux de relèvement des limites sont à l’étude et où les "speed traps" voient leur nombre diminuer)...

Quant à BMW, pour moi le charme est rompu ! D’autant que la transmission acatène est aujourd’hui bien moins une simplification profonde de l’entretien au jour le jour que par le passé et que les chaînes actuelles sont fiables dans les limites de durée de leur vie...

En 1970, il fallait encore les démonter régulièrement (attache rapide peu fiable), les dégraisser au pétrole, puis les immerger dans une casserole de graisse bouillante et procéder ensuite au remontage en ordre inverse à intervalle régulier. Aujourd’hui un coup de bombe dégraissante, un coup de chiffon pour enlever la m...rde et un coup de bombe graissante, le tout en place en faisant tourner la roue et une vérif de la tension et c’est reparti pour un tour !

Le Flat qui refroidissait mieux c’est aussi fini... D’ailleurs en faire un moteur air/huile est une connerie marketing... Flat à air limitant le degré d’inclinaison de la bécane mais très bien refroidi ça se comprenait. Flat utilisant du liquide (et le radia qui va avec et le poids associé), c’est juste pour dire aux gogos "c’est toujours un flat" là où un twin vertical en ligne EN TANDEM à la manière des Sunbeam S7, S8 mais refroidi par liquide intégralement serait bien plus logique... Et puis quand on s’appelle BMW, faudrait aussi utiliser du composant électronique de premier choix, dit "norme militaire"... Mais il est vrai que destinée par le marketing à la frime, la fiabilité bof...

J’arrête là les plaintes....

FPW

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 8 février 2017 à 08:30

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

les prix s’envolent ostensiblement. mais elle se vendra bien. font ch... les teutons...

Répondre à ce message
auteur
ludo51

le 8 février 2017 à 00:24

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

Et je ne dis pas autre chose non plus !
Je n’empêche personne d’acheter une moto de 25000 € full options pour rouler 3000 km/an , ni de ne rouler que par beau temps ...
Juste le constat que la pratique du 2RM est passée du stade utilitaire/premier véhicule économique au stade de véhicule de loisir pur avec toutes les "dérives" que cela peut induire en termes de marketing...
J’ajouterais même que la France n’ayant plus d’industrie moto depuis les années 60 , et ayant par contre une industrie automobile forte , je ne serais pas surpris que cette dernière ait fait un peu de "lobbying" auprès des ministères concernés pour favoriser leur vente...
A bientôt 63 ans (aussi , hé oui...) et retraité depuis peu , je peux aussi me permettre de ne rouler que par envie , non par nécessité (environ 15 à 20000 km/an) mais ça me fait quand même bien ch...suer quand je vois l’état de la moto (et du bonhomme) après une mini sortie sur routes humides !!!

Répondre à ce message
auteur
FPW46

le 7 février 2017 à 13:50

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

Fred :

>> Et globalement, je ne vois pas en quoi on a à juger de la façon dont chacun utilise sa moto, et de l’utilité des options que chacun souhaite acheter. Perso, mon intérêt pour la moto est lié aux relations sociales qu’elle entraîne, c’est pour cela qu’elle ne me sert que pour sortir avec des potes. Je ne roule donc pas quand il pleut (sauf si y’a manif, ou quand Météo France se viande...) car je n’y prend aucun plaisir. <<

Je n’ai jamais connu personne qui y prenne plaisir... Au temps où la moto était accessible avant la voiture c’était par obligation (et les motards des générations précédentes souvent parce que la moto était le seul véhicule qui leur était économiquement accessible), puis par habitude, puis par défi (je suis un "roule-toujours, un pur, moi !) un peu puéril à mon avis disons le...

>> Mais si certains aiment rouler sous la pluie, grand bien leur fasse. De même pour les options, si certains veulent claquer 5000 euros d’options pour une moto avec laquelle ils ne rouleront quasiment pas, c’est leur droit. La liberté ne consiste-t-elle pas à pouvoir faire ce qui ne nuit pas à autrui ? <<

Franchement si ça n’aboutissait pas à ne plus trouver de machines réellement raisonnables pour un prix décent, je raisonnerais comme toi... Hélas, ça va plus loin que ça... Et je ne suis pas sûr du tout que la demande soit réellement celle qui correspond à l’offre actuelle. Perso, dès que la météo n’est pas à la pluie ou glaciale, je me sers de ma bécane, même pour aller faire des courses au supermarché du coin parce que je préfère la conduite moto à celle d’une caisse... D’où un kilométrage annuel qui est un peu au dessus des moyennes actuelles (en plus je suis dans le sud, ça aide...). J’ai donc une utilisation tant loisir qu’utilitaire (même si pour moi les trajets domicile-travail c’est fini). Heureusement que j’ai accès à des bécanes (la mienne ou celle de mon fils, cette dernière étant la seule que je vais conservé) équipées l’une de valises (K-100 RS), l’autre de sacoches cuir à l’ancienne (W-650)... Dans l’idéal une W-650 ou une W-800 (ou une Triumph T-120 mais je n’ai pas les moyens) équipée d’un carénage TOURISME serait mon choix... mais personne ne fait ce genre d’accessoire aujourd’hui... Manque de demande ou accord tacite délibéré pour ne pas gêner la vente des GT autoroutières éléphantesques actuelles ?

FPW

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 7 février 2017 à 12:40

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

Et oui Stem, comme le disent FPW et Ludo, bienvenue dans la vraie vie. Je ne vois pas ce qui ferait que l’acheteur de moto serait moins sensible au marketing que le quidam moyen, et ceci qu’il soit un usager utilitaire ou un passionné. Le marketing marche tout aussi bien, que cela soit dans le domaine des produits de consommation courante que de produits "passion". A ton avis, pourquoi vend-on par exemple des planches de snowboard avec la semelle décorée, alors que cela ne présente aucun intérêt puisque par définition, tu peux pas la voir quand tu es sur ta planche. Pourquoi voit-on apparaitre des lave-linge connectés ?

Où je ne suis pas d’accord avec Ludo par contre, c’est quand il lie cela à l’usage fait de la moto. On voit des GS ou des harleys full options de 2 ans avec 50000 km au compteur, tout comme on voit des roadsters avec 10000 km au bout de 5 ans, équipés avec un pot, un capot de selle, etc.

Et globalement, je ne vois pas en quoi on a à juger de la façon dont chacun utilise sa moto, et de l’utilité des options que chacun souhaite acheter. Perso, mon intérêt pour la moto est lié aux relations sociales qu’elle entraine, c’est pour cela qu’elle ne me sert que pour sortir avec des potes. Je ne roule donc pas quand il pleut (sauf si y’a manif, ou quand meteo france se viande...) car je n’y prend aucun plaisir. Mais si certains aiment rouler sous la pluie, grand bien leur fasse. De même pour les options, si certains veulent claquer 5000 euros d’options pour une moto avec laquelle ils ne rouleront quasiment pas, c’est leur droit. La liberté ne consiste-t-elle pas à pouvoir faire ce qui ne nuit pas à autrui ?

Répondre à ce message
auteur
FPW46

le 7 février 2017 à 11:28

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

Salut Ludo

>> Les gardes-boue ! Avec le temps (et la mode) ils ont rétréci à un tel point qu’à l’avant il n’en reste qu’un embryon et à l’arrière parfois plus rien à part le support de plaque minéralogique... Même chez BMW ! (je peux témoigner avec ma 1200R 2015)
Et vois-tu au fil des discussions sur les forums , beaucoup de motards qui s’en plaignent ? Très peu à vrai dire....
Et pourquoi ? Parce que nombre d’entre eux ne roulent pas sous la pluie voire ne roulent qu’à la belle saison , d’où les kilométrages faibles...
L’accent n’est donc plus mis sur les réelles aptitudes des motos à tailler la route mais à satisfaire l’ego du propriétaire , ne fût-ce que 3 mois dans l’année...
Et donc ce "nouveau" motard" , ayant pris quelques rides et gagné quelques économies , ne recule devant rien pour satisfaire son ego , full options et esthétique avantageuse , délaissant les aspects matériels et pratiques à ceux qui feront (grassement) les révisions annuelles...<<

Je suis assez d’accord avec le constat, mais je trouve que tu simplifies un peu le problème...

Les conditions d’utilisation des motos d’abord :

Lorsque j’ai passé mon permis en 1970 il y avait trois conditions fondamentalement différentes de la situation actuelle....

1 - On pouvait en passant un permis très facile à avoir accéder à n’importe quelle cylindrée et puissance dès l’âge de 16 ans, alors que l’automobile n’était pas accessible avant 18 ans... Ceux qui passait ce permis A à 16 ans avaient accès à un véhicule sérieux, permettant de faire tout, des aller et retours quotidiens aux voyages, et c’était le seul du genre qui leur était accessible pour au moins deux ans. Ils prenaient donc l’habitude en s’équipant aussi bien qu’il le pouvaient de rouler avec par tous les temps (sauf la plupart du temps par neige ou verglas). Habitude qu’il conservaient par la suite, d’autant que nombre d’entre-eux n’étaient guère pressés de passer à la boitaroue, tout au moins avant d’être parents... Quant à la "licence" 125 (comme on l’appelait à l’époque) dépourvue d’épreuve pratique certes, elle n’attirait plus grand monde... Vu les limitations de ces "vélomoteurs" (appellation d’époque).

2 - On était à une époque de plein emploi avec des salaires devenus sinon royaux du moins convenables qui permettait aussi - même pour des début de parcours professionnel - de conserver la moto en plus d’une caisse après la formation d’un couple et l’arrivée d’enfants... Et on conservait les habitudes prises auparavant

3 - Au final, la moto pouvait donc attirer beaucoup plus de jeunes et était d’ailleurs associée à la jeunesse

Qu’en est-il aujourd’hui ?

La moto (permis A) rentre en concurrence directe avec le permis B qui est souvent partie intégrante du sésame d’accès à l’emploi. Le permis A est cher et difficile (plus difficile que le B), "progressif" et exige en plus du véhicule un équipement (qui va devenir inabordable pour le plus grand nombre si on se laisse "enguyotté")... Au lieu d’être passé avant le B ou au même moment il est souvent remis à plus tard, quand le parcours professionnel permettra la dépense (ce qui n’est pas le cas de tout le monde). L’automobile est donc acquise avant la moto, si moto il y a, elle est souvent reléguée au rang de véhicule de loisir - sauf peut-être pour les usagers de 2RM urbains (ce qui explique le succès de scooters). Ceci s’accompagne d’un vieillissement démographique de la population motarde qui est plus rapide que celui de la société dans son ensemble. En 1970, rares étaient les motards de l’âge que j’ai aujourd’hui, de nos jours les motards grisonnants sont presque majoritaires ! On ne peut pas demander à des "grisons" qui de plus disposent presque tous d’une caisse d’affronter les éléments comme des jeunes de 20 ans ! J’avoue humblement à bientôt 63 ans et après deux cancers hésiter à sortir la bête quand il pleut des cordes ou par des températures très négatives (bien que je roule quand même l’hiver par temps sec).

Le motard actuel n’est pas plus ni moins sensible à l’air du temps que le reste de la population... Il ne l’était pas moins en 1970, mais les modes sont différentes et les contraintes aussi... Crois-tu que les Kawasaki tri-cylindre deux temps qui faisaient la une des canards et la monture préférée des acteurs à cette époque étaient réellement adaptées à un cahier des charges raisonnable (cadre en caoutchouc, conso de 15l au cent sans compter l’huile, freins inexistants...) ? Par contre la plupart des machines autorisaient le montage d’un porte-bagage et de sacoches en cuir parce qu’il fallait bien pourvoir transporter la baguette, le steak.... quotidien ou le sac de lycéen ou d’étudiant et partir en vacances ou en week-end... Et il est vrai que ceux qui se montait un café-racer à l’anglaise ne l’enlaidissait pas de l’abominable top case à la mode depuis quelques années à défaut de pouvoir monter des sacoches latérales ou des valises... Quant à la réduction des garde-boues qui atteint aujourd’hui comme tu le fais remarquer le summum du ridicule, c’est quand même dans ces années-là qu’elle commence à sévir (après un développement rigoureusement inverse dans la première moitié des années 60, jusqu’au ridicule aussi)...

Ce qui diffère le plus aujourd’hui c’est qu’encore moins qu’hier les souhaits des motards (et encore moins leurs besoins objectifs) sont pris en compte par les "designers" des fabricants... On cherche un style qui accroche sur des marchés tellement divers qu’on arrive à rien de bon...

Un exemple : le "bobber" de Triumph... En plein essor des machines rétro, il aurait pu être une base fantastique remontant le temps encore plus loin que les autres... Jusqu’à la Speed Twin de la marque avant guerre dans le style... Seulement voilà parce que le marché supposé le plus porteur de cette machine est pour les marketeux de la marque le marché U.S. c’est à un style purement californien (une goutte de pluie tous les 6 mois) qu’on a voulu faire référence directe sans aucune option possible pour d’autres marchés... Des garde-boues dans le style de la Speed Twin, une partie arrière de cadre boulonnée supportant le garde boue couvrant arrière, son feu et sa plaque, un porte-bagage autorisant le montage de sacoches en cuir à l’ancienne et la fixation d’un "tan-sad" démontable pour un usage en duo, un phare avant au cuvelage moins plat... Et le tour était joué et la machine utilisable par touts les temps si besoin était...

Quant à BMW, c’est un choix avoué - même dans les bouquins "historiques" quasi officiels (mal) traduits en plusieurs langues de l’Allemand comme celui - acheté en supermarché - que m’ont offert mon fils et son épouse : la cible c’st la clientèle de luxe ! Le bourge friqué... Le temps des marchés administratifs (qui sauvèrent la marque pendant les vaches maigres de la moto) et des sides des porteurs de journaux est terminé ! On est passé de l’utile un peu austère (mais fiable et indestructible) au gadget jetable pseudo-technologique pour m’as-tu-vus...

Comment en effet s’étonner quand on est passé d’industriels certes avides de profit mais spécialisés et parfois même passionnés par leur production à des holdings financiers qui vendraient tout aussi bien de petits pois en conserve si ça rapportait plus ?

FPW

Répondre à ce message
auteur
ludo51

le 7 février 2017 à 09:42

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

Hé oui mon petit stem , il est temps pour toi de voir la réalité en face : le motard du XXIe siècle n’est pas autre chose qu’une "cible" ....
Autre preuve que les faibles kilométrages annuels ?
Les gardes-boue ! Avec le temps (et la mode) ils ont rétréci à un tel point qu’à l’avant il n’en reste qu’un embryon et à l’arrière parfois plus rien à part le support de plaque minéralogique... Même chez BMW ! (je peux témoigner avec ma 1200R 2015)
Et vois-tu au fil des discussions sur les forums , beaucoup de motards qui s’en plaignent ? Très peu à vrai dire....
Et pourquoi ? Parce que nombre d’entre eux ne roulent pas sous la pluie voire ne roulent qu’à la belle saison , d’où les kilométrages faibles...
L’accent n’est donc plus mis sur les réelles aptitudes des motos à tailler la route mais à satisfaire l’ego du propriétaire , ne fût-ce que 3 mois dans l’année...
Et donc ce "nouveau" motard" , ayant pris quelques rides et gagné quelques économies , ne recule devant rien pour satisfaire son ego , full options et esthétique avantageuse , délaissant les aspects matériels et pratiques à ceux qui feront (grassement) les révisions annuelles...

Répondre à ce message
auteur
stem

le 7 février 2017 à 09:26

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

Fred :"Regarde une pub pour des cuisines par exemple : ils te montrent toujours une cuisine avec électroménager fourni, alors qu’il est optionnel." : si on part du principe que le motard n’est devenu qu’un vulgaire consommateur soumis au diktat du marketing et qui éprouve le même plaisir lors de l’achat de sa moto que lors de celle de sa cuisine, alors, effectivement, tu es dans le vrai et cela explique alors l’extrême faiblesse du kilométrage moyen réalisé par le motard français désormais. Et donc, la moto ne serait plus qu’un vulgaire objet marketing qu’il est bon de posséder pour avoir la panoplie complète du BCBG qui a réussi dans la vie. Et ben, il aura subi une drôle de mutation en quelques années, le motard pur et dur adepte de la Bayerrische Motorwerk ......

Répondre à ce message
auteur
FPW46

le 6 février 2017 à 23:44

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

Fred :
désolé FPW, je ne suis pas assez vieux pour avoir connu une époque où un fabricant aurait fait quelque chose pour le bien de ses clients. D’ailleurs, comme tu le dis, l’ethique de BMW, (comme de Renault ou d’autres industriels) est à géométrie très variable selon les époques, et surtout les intérets du moment. <<

Effectivement, et les intérêts client du moment de l’époque dont je te parle étaient compatibles avec ceux du fabricants - d’autant que les pièces étaient très chères par rapport aux autres marques... L’incitation (fondée sur une réalité et pas seulement sur du baratin marketing) était dans le faible taux de remplacement nécessaire (fiabilité - "Deutsch Qualität") et la sécurité de savoir que la machine serait conservable très longtemps sans problème de pièces...

>> Pour le stock, même s’il n’est pas taxé, il coute, car c’est de l’argent immobilisé (tu as payé des matières premières et de la main d’oeuvre, mais rien ne rentre) et du stockage. <<

Oui mais faiblement avec les méthode actuelles qui permettent la production de quantité limitée dsè que la demande est suffisante limitant le stockage au minimum... Mais avec des délais prévisibles de disponibilité pour le client...

>> Pour les tuiles, cela rejoint les motos d’ailleurs : on est à une époque où les modèles évoluent de plus en plus rapidement, ce qui multiplie les références. Non seulement cela rend impossible la gestion d’un stock, mais plus grave, cela rend aussi presque impossible de trouver la pièce en occasion. <<

Ce qui fut le cas pour la coque de rétro que j’ai réussi à trouver auprès d’un particulier sur "Le Bon Coin" mais au bout de deux mois et par chance (seule annonce sur toute la France)... Quant aux tuiles, des tuiles plates archi-traditionnelles c’est toujours disponible, pour les "mécaniques" ou les "canal" là ? Mais de toutes façons dis-toi bien que les moules ne sont pas détruits mais mis au repos pour t’obliger à tout reprendre - c’est une "escroquerie légale".

>> Quant à la croissance qui ne peut être infinie, et surtout à un taux élevé, c’est une réalité. Si nous avons connu les 30 glorieuses avec des taux de croissance superieurs à 3%, ce n’etait que par rattrapage de la chute due aux 2 guerres mondiales. Donc croire que le PIB peut continuer perpetuellement à ce taux est une illusion derrière laquelle on court pour justement faire accepter des sacrifices que tu dénonçais précédemment. Le chômage peut baisser même avec un taux de croissance faible. il n’y avait que peu de chomage au 19eme siècle, avec pourtant un taux de croissance faible. Tout n’est qu’une question de répartition des richesses <<

Là désolé mais je pense que tu aurais intérêt à acheter une pile de livres d’histoire d’urgence...

Les crises cycliques du capitalisme se sont succédées tout au long du XIXème siècle avec de graves périodes de chômage... Je t’en citerai deux parce que ce sont les plus connues l’une en France au moment de la Révolution de 1848 qui a vu le premier gouvernement de la Seconde République (celui qui a précédé la prise du pouvoir par Louis Napoléon Bonaparte et son "plébiscite" lui permettant de se proclamer Empereur sous le nom de Napoléon III) tenté de le résorber avec les "Ateliers nationaux" (autrefois on apprenait ça en cours d’Histoire en primaire !) et aux U.S.A. la crise dite "de confiance" des années 1870 sous la présidence de Grant... La différence avec aujourd’hui c’est que la crise que nous connaissons est systémique et définitive...

Il n’y a en fait PAS de lien entre croissance et crise ou chômage, sur ce plan tu as raison mais il y a un lien entre croissance et capacité de satisfaire les besoins (au lieu de prôner la "décroissance" comme les écolos-bobos malthusiens)... Car il faut produire assez pour ça ! Or, et c’est ce qui fait que le capitalisme d’aujourd’hui est bien plus nocif encore que par le passé, la majorité des profits se réalisent aujourd’hui par la création monétaire par la dette c’est-à-dire en monnaie de singe sans contrepartie matérielle (ex : le "quantitative leasing" est de la création monétaire au profit des banques par augmentation de la masse monétaire SANS DEVALUATION). Par ailleurs, la production de bien chute (dégagement de "billes" vers le profit spéculatif plus juteux avec désindustrialisation à la clé, chute de la demande consécutive au chômage et aux réductions de pouvoir d’achat)...

De plus, les idées croissance 0 (voire "décroissance") trouvent leur source dans les travaux du... "Club de Rome" (ancêtre de Bilderberg) dont un des membres les plus fameux fut Giscard d’Estaing (auteur de la Constitution Européenne rejetée par 55% des voix en 2005 mais mise en vigueur via les députés et Sénateurs U.M.P. et Socialistes sous forme de sa copie conforme sous le nom de traité de Lisbonne)... Loin d’être une idée issue des milieux réellement progressiste et comme le malthusianisme d’origine c’est une idée profondément réactionnaire - même habillé d’écologie anti productiviste !

FPW

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 5 février 2017 à 18:56

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

désolé FPW, je ne suis pas assez vieux pour avoir connu une époque où un fabricant aurait fait quelque chose pour le bien de ses clients. D’ailleurs, comme tu le dis, l’ethique de BMW, (comme de Renault ou d’autres industriels) est à géométrie très variable selon les époques, et surtout les intérets du moment.
Pour le stock, même s’il n’est pas taxé, il coute, car c’est de l’argent immobilisé (tu as payé des matières premières et de la main d’oeuvre, mais rien ne rentre) et du stockage.

Pour les tuiles, cela rejoint les motos d’ailleurs : on est à une époque où les modèles évoluent de plus en plus rapidement, ce qui multiplie les références. Non seulement cela rend impossible la gestion d’un stock, mais plus grave, cela rend aussi presque impossible de trouver la pièce en occasion. Tes tuiles sont probablement restées les mêmes pendant plusieurs décennies, avec peu de modèles différents, donc il y a un marché important. Maintenant, chaque fabricant a ses propres modèles.

Quant à la croissance qui ne peut être infinie, et surtout à un taux élevé, c’est une réalité. Si nous avons connu les 30 glorieuses avec des taux de croissance superieurs à 3%, ce n’etait que par rattrapage de la chute due aux 2 guerres mondiales. Donc croire que le PIB peut continuer perpetuellement à ce taux est une illusion derrière laquelle on court pour justement faire accepter des sacrifices que tu dénonçais précédemment. Le chômage peut baisser même avec un taux de croissance faible. il n’y avait que peu de chomage au 19eme siècle, avec pourtant un taux de croissance faible. Tout n’est qu’une question de répartition des richesses

Répondre à ce message
auteur
FPW46

le 5 février 2017 à 16:27

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

FRED :

>> et donc, que penses-tu ? que la marque devrait tenir en stock des pièces ad vitam æternam ? La loi oblige à fournir des pièces pendant 10 ans, toi ta moto a 30 ans, et tu te plains que la pièce ne soit disponible en neuf que par intermittence. <<

Je me plains de ce qu’une entreprise privée et donc à but lucratif (sur ce point je ne te contredirais pas) qui se faisait une gloire de soutenir les propriétaires de modèles anciens de sa marque et se servait de leur exceptionnelle durée comme d’un argument publicitaire sans que cela lui coûte en réalité un rond soit passé sous l’impulsion de ses "marketeux" et le désir du toujours plus de pourcentage de rentabilité à une politique de matériel de prestige jetable pour bourges friqués !

>> Bah oui, BMW est une entreprise, ils cherchent à gagner de l’argent. <<

Ils ne cherchent pas à en gagner, ils en gagnent et ils en ont toujours gagné... Dont sur le dos des Déportés entre 40 et 45 d’ailleurs ! Mais quand leur politique commerciale était favorable à tous les possesseurs de BMW ils en gagnaient aussi et bien assez... Désormais, avec une fiabilité en baisse et un mépris du consommateur dès la sortie de la boutique ou presque, j’espère que leurs bénéfices les étoufferont et qu’ils crèveront sur le bord de la route...

>> C’est donc logique qu’ils ne maintiennent pas un stock permanent des pièces de toutes leurs motos depuis la création de la marque, stock qui leur couterait du fric, pour ne peut-être jamais être utilisé.. <<

Aujourd’hui la technologie permet de produire à la demande des pièces de manière très économique... qu’ils ne le fassent pas avec disponibilité immédiate peut se concevoir, qu’ils soient incapables de répondre dans un délai prévisible est d’une autre nature, surtout pour des pièces courantes très exposées au dommage ou à l’usure. Enfin, contrairement à la France - à ma connaissance les stocks ne font pas l’objet d’une taxation fiscale Outre-Rhin... Une fois produites les pièces occupent certes un certain espace mais ne coûtent rien d’autre au constructeur...

>> De la même façon que quand tu as besoin de tuiles pour une maison construite il y 40 ans, il n’y a plus l’ancien modèle en stock. Dans ma maison, les chats ont ruiné un morceau de frise, et quand j’ai voulu en racheter, elle n’existait plus. C’est quoi la solution, couvrir la France d’entrepôts pour stocker tout en rechange, "au cas ou" ? La solution, elle viendra peut-être des imprimantes 3D qui permettront de faire refabriquer des produites rapidement, à la demande. <<

Je n’ai eu aucun mal à trouver des tuiles compatibles pour ma maison (de 1712), faut croire que la tienne est particulière... Quant aux frises (comme les objets de plomberie) elles sont soumises aux modes et les fabricants en profitent... Si tu veux redonner un aspect correct mange toi le tout à neuf ! Pareil pour les motos ! Mais tu trouves ça normal alors que ce sont des astuces de marketing qui devraient être punissables de la saisie des actifs des entreprises concernées dans leur intégralité ! Quant aux intérêts des actionnaires des grosses boîtes je m’en tamponne le coquillard, s’il fallait participer demain à une collecte pour acheter la corde pour les pendre je serai le premier à cotiser !

>> Et tu m’excuseras, mais la comparaison entre ne pas avoir de coque de retro neuve dispo (les casses, ça sert à ça) et ne pas avoir de système de sécurité sociale ou les crimes commis dans les zones de guerre, c’est un peu douteux. <<

Est-ce que tu sais ce qu’est un modèle théorique de raisonnement Fred ? Le type de raisonnement que tu fais sur les pièces détachées c’est le même que celui que tu reproduis avec ta confiance aveugle dans telle ou telle organisation ou dirigeant ou encore quand dans un autre message tu nous sortais - comme Hamon - que la croissance ne pouvait plus revenir... Sans même t’en rendre compte tu sèmes la résignation !

FPW

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 5 février 2017 à 12:27

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

et donc, que penses-tu ? que la marque devrait tenir en stock des pièces ad vitam æternam ? La loi oblige à fournir des pièces pendant 10 ans, toi ta moto a 30 ans, et tu te plains que la pièce ne soit disponible en neuf que par intermittence.
Bah oui, BMW est une entreprise, ils cherchent à gagner de l’argent. C’est donc logique qu’ils ne maintiennent pas un stock permanent des pièces de toutes leurs motos depuis la création de la marque, stock qui leur couterait du fric, pour ne peut-être jamais être utilisé.. De la même façon que quand tu as besoin de tuiles pour une maison construite il y 40 ans, il n’y a plus l’ancien modèle en stock. Dans ma maison, les chats ont ruiné un morceau de frise, et quand j’ai voulu en racheter, elle n’existait plus. C’est quoi la solution, couvrir la France d’entrepôts pour stocker tout en rechange, "au cas ou" ? La solution, elle viendra peut-être des imprimantes 3D qui permettront de faire refabriquer des produites rapidement, à la demande.

Et tu m’excuseras, mais la comparaison entre ne pas avoir de coque de retro neuve dispo (les casses, ça sert à ça) et ne pas avoir de système de sécurité sociale ou les crimes commis dans les zones de guerre, c’est un peu douteux.

Répondre à ce message
auteur
FPW46

le 5 février 2017 à 07:46

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

Fred :

>> ... tu sais, faut pas de plaindre pour ta coque de rétro de ta K100, ça pourrait etre pire : j’avais une R19 TD de 1994, et bien en 2010, on ne pouvait déjà plus avoir de boitier de préchauffage en neuf. Cela ne faisait que 16 ans, pour une voiture vendue à des millions d’exemplaires. <<

Ne prends pas ça pour une attaque personnelle mais pour un constat... Je me suis longtemps demandé ce qui faisait de toi quelqu’un qui trouvait à la manière de Kant que "tout va pour le mieux dans meilleur des mondes possible".

Franchement je crois enfin avoir trouvé : tu fais partie de ces gens qui sempiternellement utilise ce haïssable concept du "y’a pire ailleurs" !

C’est ainsi que ceux qui nous gouvernent ont réussi à faire croire à une masse de gens que c’était somme toute normal de vivre moins bien au XXIème siècle qu’au XXème, d’avoir une couverture sociale qui fond un peu plus chaque année, des retraites de plus en plus tardives et de plus en plus minces, j’en passe et des meilleurs...

Ben oui, y’a pire ailleurs... Il y a des pays où les gens ne peuvent bénéficier de soins médicaux corrects (y compris dans le pays le plus riche du monde, les U.S.A.), où le indigents - gosses compris - crèvent dans la rue sans secours, où il y a la guerre, ou des ordures de pédophiles enculent des bébés vendus par leur parents... Y’a pire ailleurs !

Est-ce une raison pour laisser les choses se dégrader ici ?

Je te laisse conclure

FPW

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 5 février 2017 à 00:51

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

oh tu sais, faut pas de plaindre pour ta coque de rétro de ta K100, ça pourrait etre pire : j’avais une R19 TD de 1994, et bien en 2010, on ne pouvait déjà plus avoir de boitier de préchauffage en neuf. Cela ne faisait que 16 ans, pour une voiture vendue à des millions d’exemplaires.

Pour le reste, bah oui, BMW, c’est un peu comme les autres marques. J’avais acheté la mienne parce qu’elle se démarquait de la concurrence avec leurs suspensions originales et diablement efficaces. Ce n’est même plus le cas. Il leur reste semble-t-il un avantage : on consommation moindre que la concurrence, quel que soit le modèle.

Répondre à ce message
auteur
FPW46

le 4 février 2017 à 18:52

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

FRED :

>> fpw, je ne trouve pas que les prix de bmw soient systematiquement gonflés. Une 1200 RT par exemple ne coute pas plus cher qu’une 1300 FJR, <<

Mais le fait est que la FJR 1300 a aussi un prix outrageusement gonflé, l’un n’excluant pas l’autre... Mais petite différence tout de même la FJR 1300 ne semble pas présenter les fréquents problèmes électroniques de la plupart des BMW... Et je t’assure que ça m’arrache la gueule de parler si mal de BMW

>> une K16000 GTL coute nettement moins qu’une goldwing, <<

Ca reste - l’une comme l’autre - de mon point de vue des aberrations... A part que le concept de la Goldwing fut conçu à l’origine et il y déjà un bout de temps pour le marché américain. Pour moi quand on a besoin d’une marche arrière pour manœuvrer une machine solo on est à côté de ses pompes et ça n’est plus une moto...

>> une S1000RR coute moins cher qu’une ZX10R et une GS coute le même prix qu’une super ténéré. <<

A voir sur le plan pratique lesquelles sont les plus fiables et les plus irréprochables à l’usage...

>> Y’a que dans les modèles de petite cylindrée que BMW a du mal à s’aligner sur les japonais, à cause des différences de volumes notamment. <<

Les moyennes cylindrées BMW (contrairement aux monos 250 du passé - R25-26-27) ne sont pas de vraies BMW mais des Rotax, c’est honteux pour la marque et on comprend dans ces conditions que des machines de qualité égale ou supérieure et moins chères leur soit préférées, d’où les problèmes de volume...

>> Sur le SAV, la mienne a 10 ans, et la prise en charge des rappels est toujours d’actualité. Ce qui n’est pas normal par contre, c’est que ces rappels, à partir du moment où cela ne touche pas la sécurité, ne soient connus des propriétaires de BM que si ils effectuent leur révision en concession. <<

J’ai connu un temps pas si lointain (années 80-90) où tu trouvais encore des pièces NEUVES pour les sides R 75 Type Russie ou Afrika-Korps malgré la destruction extensive des usines BMW à la fin de la guerre commandables en direct chez le constructeur avec mise à disposition dans un délai prévisible. Un temps où certains se pointait pour visiter l’usine de Munich (maintenant elle est à Berlin) avec des série/2 ou antérieures avec des kilométrages incroyables et ressortaient avec une machine neuve offerte par la boîte à condition que l marque puisse se prévaloir de la possession de leur vieille et du kilométrage effectué à titre publicitaire (années 70)...

Aujourd’hui pour une K-100 RS de 1987 une coque de rétro est indisponible la plupart du temps en neuf et les concess ne savent même pas quand un lot sera refabriqué !

>> Pour la qualité, c’est vrai qu’il est inacceptable que je retrouve sur ma R1200S des défauts connus...depuis la 1100RT. Ne pas être capables de mettre un faisceau 2cm plus long au bout de 10 ans, y’a des coups de pied au cul qui se perdent <<

C’est bien là que git le problème, tu payes dans le meilleur des cas aussi cher qu’ailleurs, si ça n’est pas plus pour être moins bien servi !

FPW

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 4 février 2017 à 18:23

BMW R 1200 GS 2017 : l’embarras du choix

fpw, je ne trouve pas que les prix de bmw soient systematiquement gonflés. Une 1200 RT par exemple ne coute pas plus cher qu’une 1300 FJR, une K16000 GTL coute nettement moins qu’une goldwing, une S1000RR coute moins cher qu’une ZX10R et une GS coute le même prix qu’une super ténéré. Y’a que dans les modèles de petite cylindrée que BMW a du mal à s’aligner sur les japonais, à cause des différences de volumes notamment.

Sur le SAV, la mienne a 10 ans, et la prise en charge des rappels est toujours d’actualité. Ce qui n’est pas normal par contre, c’est que ces rappels, à partir du moment où cela ne touche pas la sécurité, ne soient connus des propriétaires de BM que si ils effectuent leur révision en concession.

Pour la qualité, c’est vrai qu’il est inacceptable que je retrouve sur ma R1200S des défauts connus...depuis la 1100RT. Ne pas être capables de mettre un faisceau 2cm plus long au bout de 10 ans, y’a des coups de pied au cul qui se perdent

Répondre à ce message