Sujet

Anonyme
le 11 mars 2015 à 11:16

Bordeaux : 10 ans pour changer un joint de dilatation dangereux

L’antenne FFMC de Gironde vient d’obtenir, au bout de dix ans de combat, le changement d’un joint de dilatation dangereux pour les 2-roues motorisés, à Bordeaux. Patience et persévérance ont eu raison de l’inertie des institutions…

Lire l'article
Tous les messages
auteur
fredddo

le 9 octobre à 13:52

Bordeaux : 10 ans pour changer un joint de dilatation dangereux

Voilà , je viens présenter un danger de mort pour tous les motards . Il y a un mois j’ai chuté avec mon 600 bandit chargé d’un passager et de valisettes sur un joint de dilatation se trouvant sur la voie Pierre Mathys à Nice à l’intersection du boulevard Gambetta qui passe juste en dessous et à la sortie de la rue l’Abbé Grégoire.
En effet ce joint possédant une rainure de 8 cm de large et entouré de 15 cm de métal de chaque coté (donc cela fais une bande de presque 40 cm) qui est en diagonal sur 250 m traversant les 4 voies . Pour le visualiser google satellite , c’est hallucinant !!!!!!!!
Après ma chute , moto complètement abimée , retour chez nous dans l’Ain avec assistance , j’ai contacter la mairie de Nice service ouvrage qui n’a jamais voulue reconnaitre ses tors et donc n’a jamais voulue établir de constat .
Motards faites attention à cette voie qui est très accidentogène et surtout à ce joint de dilation qui est pire que celui de Bordeaux car si on passe dessus à faible allure , vos roues se prennent dedans et c’est la chute assurée !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! cdlt

Répondre à ce message
auteur
Marcel

le 11 mars 2015 à 11:56

Bordeaux : 10 ans pour changer un joint de dilatation dangereux

"Elle menace de les tenir pour responsables, face au public, d’un éventuel sinistre qui se conclurait par un décès". C’est la seule solution qui vaille. Leur foutre la trouille. Sinon, ils ne bougent pas ! Je rêve du jour où on pourra faire pareil pour l’abaissement de la vitesse limite sur le périph. 4 morts à 80 km/h et 7 à 70 km/h. La préf de police s’est empressé de présenter la mesure sous la lumière la plus favorable (un peu moins d’accident) en occultant soigneusement ce point. Un jour où l’autre, il faudra bien trainer l’Etat devant les tribunaux pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui.

Répondre à ce message