En images

Tasses pour un Bol 2016 : une tournée de Ricard Tasses pour un Bol 2016 : la Bleue, reine des 50 Tasses pour un Bol 2016 : visite privée du stand du GMT94 Tasses pour un Bol 2016 : Cachou, fidèle parmi les fidèles Tasses pour un Bol 2016 : retour au Castellet

Il s’en souvient comme si c’était hier. Pourtant Patrice Cassé n’avait que 15 ans quand en septembre 1986, accompagné de 11 autres adolescents de Valence d’Agen (Tarn-et-Garonne), il est monté sur sa mobylette. Direction le circuit Paul Ricard à quelque 600 km de là !

Initiée par le CLAM (Club loisirs aventure moto) au sein de ce qui était alors la toute jeune FFMC Loisirs, cette expédition avait été baptisée 12 Tasses pour un Bol. La tasse étant le surnom affectueux donné au 50 cm3, en référence au diamètre de leur piston pas plus gros qu’une tasse à café. Et le Bol, rien moins que la plus fameuse course d’Endurance de France sinon au monde.

30e anniversaire
30 ans plus tard, celui que tous surnomment désormais Cachou était de retour sur le circuit du Castellet, dans le Var, à l’occasion du Bol d’Or. Sauf que c’est désormais lui qui anime et encadre une bande de jeunes mobeurs, toujours aussi fiers d’être arrivés jusque-là.

Si le concept n’a pas pris une ride, Patrice Cassé, lui, est entretemps devenu employé du CLAM dès 1992 puis carrément son directeur en 2002. L’association fait désormais référence en tant que centre aéré à dominante moto pour enfants de 6 à 16 ans.

« Au tout début en 1984, c’était surtout un atelier de mécanique. On y fabriquait des engins, on faisait des courses, du bicross… se souvient-il. Son fondateur, Jacques Maggiori, était concessionnaire Motobécane à Valence d’Agen. Il considérait que la mob était un vivier de futurs motards auxquels il fallait donner le goût de l’aventure et du plaisir de conduire. »

Aventure(s)
Ainsi est née l’opération des Tasses, mais pas seulement. « En 1988, nous sommes carrément partis pour une traversée du désert en mob dans le cadre d’une opération humanitaire. Algérie, Mali, Niger : 3 500 km en 3 semaines jusqu’à Gao ! » S’ensuivront les Cyclos pour l’Europe en 1991 (six communes du Tarn-et-Garonne parties à la découverte d’autres villes du Vieux Continent), le Défi Nord-Sud l’année suivante (Montpellier-Lille en 24 h)…

« C’était une époque un peu folle, reconnaît Patrice. Aujourd’hui les gamins sont différents, moins assidus et moins passionnés que par le passé. En stage par exemple, ils sont beaucoup moins réceptifs aux consignes, souvent perdus dans la manipulation d’un embrayage et d’une boîte de vitesses. D’ailleurs on en voit beaucoup moins rouler en 50. La crainte des parents, peut-être… »

Force est de constater que le marché du 50 s’est violemment contracté ces dernières années. À Valence d’Agen toujours, aucun des trois motocistes spécialisés que comptait la ville n’existe plus. Malgré tout le CLAM, lui, continue à accueillir du monde.

Le centre vient d’ailleurs de convertir un nouveau motard : après 32 années passées là-bas, d’abord en tant que jeune avant d’enseigner le 2-roues aux autres, Cachou vient de franchir le pas en s’offrant une Yamaha 125 YZF-F. Son premier « gros cube » !

Retrouvez le reportage complet sur les 30 ans des Tasses pour un Bol


- dans le Moto Magazine n°332 de novembre 2016 en vente par correspondance

- Pour ne rater aucun reportage de Moto Magazine : abonnez-vous en ligne

Publicité

Commentaire (0)

Publicité