Les « Trophées Gérard Jumeaux » ont pour devise de ne pas se prendre la tête. Organisée par une équipe « déjantée » (mais sérieuse), de « désorganisateurs », ce ne sont pas moins de 340 motos dont 33 attelées des années 60 à 90 qui sont venues se mesurer sur la piste du circuit Carole (93), dans une ambiance seventies digne des plus grandes heures du « Continental Circus ».

Neuf séries
Les participants se sont affrontés dans différentes catégories : 50 à 125 cm3 ; série Challenge Honda 125 cm3 ; moins de 500 cm3 ; plus de 500 cm3 ; les Anglaises ; les 2TGP ; et évidemment les incontournables side-cars.

De roulage
Cette année, les organisateurs avaient prévu sept roulages pour ceux qui avaient pris l’option vendredi après-midi et cinq roulages, sur deux jours, pour les autres. Dès vendredi, une fois les contrôles administratifs et techniques passés, les engagés sur des machines de course - des coursifiées, des répliques, des side-cars et autre bitzas - ont pu effectuer leur deux premiers roulages l’après-midi.

Expo à gogo
L’an dernier c’est la marque Rickman qui était à l’honneur des Trophées Gérard Jumeaux, cette année Velocette donnait lieu à une exposition organisée en collaboration avec tous les passionné(e)s de belles grosses anglaises. Le Triton Club de France, avec de magnifiques photos généreusement fournies par les meilleurs photographes, complétait cette partie de l’expo.

Le « Village Challenge Honda » dans la foulée des 40 ans du Challenge Honda 125 (créé en 1977), est venu avec une vingtaine de motos engagées, une expo photos et le film de la « Série Challenge ».

Un moment d’histoire
Le samedi et dimanche midi, les spectateurs ont pu assister au « Run d’Or » organisé par le Triton Club de France et l’asso Trophées Jumeaux. L’intarissable speaker, Thierry Jallet a retracé, au fil des séries, l’histoire des motos et pilotes liés à cette époque.

Le gratin
Parmi les inconditionnels, des pilotes belges, allemands, hollandais, britanniques avaient fait le déplacement. Sur la piste ou en visiteurs, des coureurs et habitués étaient présent pour cette édition, comme Michel Baloche, Jean-Claude Selini, Claude Ben El Hadj, Gérard Leboeuf, Philippe Moch, Patrick Tran-Duc (1er VMA 2016), Jean-Paul Passet, Charles Krajka, Thierry Macquaire (challenge Honda) et l’indispensable Joël Enndewell... Autre personnalité, le dessinateur Loïc Faujour et l’aquarelliste Patrice Lemiegre étaient également de la fête.

Ambiance déjantée
Comme de tradition, le samedi soir a été consacré à l’incontournable remise des prix
« façon Jumeaux », entendez par là dans une folle ambiance. Horas 1er, Jacques Marchand et Fred Marchal, récompensant les plus « méritants » des participants, sur des critères d’attribution qui restent obscurs, aléatoires et déjantés ! Suivi du désormais « lancé », au sens propre, du reste des coupes, gadgets divers et de sardines en boite !

La belle époque
Comme de tradition, s’est la série sides qui a clôturé l’événement dimanche. Avec, comme à la grande époque, un départ façon GP qui était donné par Joël Enndewell.

Ce fut encore un excellent week-end entre copains, presque sans pluie- si l’on oublie la bonne saucée du vendredi soir - et sans incident majeur. De la convivialité, de l’amitié, de l’entraide mécanique et de l’arsouille façon 70’, dans un bon esprit comme on aime !

A souligner que malgré l’inflation, le tarif de l’entrée spectateur reste inchangé depuis de longues années : 8 € la journée, 12 € le week-end et gratuit pour jusqu’à 14 ans. Rendez-vous donc l’an prochain pour la prochaine « vidange » !

Plus de photos sur le blog de frico

Publicité

Commentaire (0)

Publicité