Toujours mobilisée

Malgré cela, la FFMC continue à mener cette action citoyenne, portant le nom de « désobéissance civique » et qui s’appuie sur un principe simple, pris à la lettre : « les radars seront implantés sur les zones dangereuses ». Car telle était la promesse du gouvernement à l’annonce de l’installation des radars automatiques, en 2003. Au cours du mois d’avril 2013, des actions de marquage de radars ont été dans cinq départements.

Prévenir

De la cabine radar automatique traditionnelle aux nouveaux radars tronçons, en passant par les radars discriminants, tous les appareils qui s’avèrent piégeurs pour l’usager sont signalés par les militants des FFMC. L’objectif n’est pas de taguer ou de dégrader mais de marquer, à l’aide d’une peinture blanche répondant aux normes autoroutière, l’emplacement précis du radar. Les militants peignent un triangle géant avec un « R » à l’intérieur, signifiant radar, ou bien un « RT », pour radar tronçon.

À l’origine, les antennes du sud-est…

Nous avons rencontré Francis Cervellin, élu au bureau national de la FFMC, qui est à l’origine, avec l’antenne des Motards en colère du Vaucluse, d’un des premiers marquages de radar en 2011. Il nous explique la démarche dans la vidéo ci-jointe.

Retrouvez notre article complet dans le n°298 de Moto Magazine (juin 2013), actuellement en kiosque.

Photos : Alain Salomonovitch, Didier Larose, Bernard Turcat, FFMC 05, FFMC 84

Publicité
Infos en plus
Publicité