Le radar du quai de Bercy, à Paris (12e arrondissement), a été la cible des salariés de Continental, qui l’ont recouvert d’autocollants, le 29 avril, lors de leur manifestation devant le ministère des Finances. L’appareil, remis en service ce mardi 12 mai, est resté hors service durant douze jours !

Une aubaine pour les conducteurs qui ne fait pas rire l’État : cette boîte à photos flashe en temps normal 430 fois par jour... C’est l’un des meilleurs rendement de France. Le piège est efficace : sur cette route à quatre voies, la vitesse est limitée à 50 km/h ! Le radar réalise d’ordinaire un « chiffre d’affaires » de 120.000 euros en une douzaine de jours. Et la perte sèche de début mai met en colère Jean-Jacques Debacq, le directeur du contrôle-sanction automatisé.

Ce dernier se targue en effet d’avoir le meilleur taux de disponibilité de l’Europe des radars automatiques, avec 92 %. « Je suis fier de le dire, on est les meilleurs d’Europe », se flatte ce fidèle serviteur de l’État, sur la radio Europe 1. « En Espagne, le système fonctionne 40 % du temps, les Anglais sont à 30 ou 40 % ; chez nos amis allemands, le contrôle automatique de vitesse fonctionne à 50 %. »

Seulement voilà, la maintenance des appareils n’est pas automatique, elle. A cause des ponts du joli mois de mai, les stickers Conti n’ont été décollés qu’en 12 jours. ils ont une sacrée adhérence, ces gommards…

Publicité
Publicité