- Le premier d’une longue série de radars automatiques contrôlant la vitesse a été installé par l’État à proximité d’un passage à niveau, à Etrembières (Haute-Savoie), ce jeudi. Le secrétaire d’État aux Transports, Dominique Bussereau, a indiqué que dix boîtes grises de ce type seraient installées aux abords de ces infrastructures dangereuses avant Noël. Puis 11 sites seront équipés au premier semestre 2009 et 40 au second semestre.

- Ce dispositif a pour but de réduire les collisions entre les véhicules et les trains. Un radar sera ainsi mis en service à Allinges (Haute-Savoie), où un bus scolaire avait calé au milieu des voies puis été percuté par un TER, tuant sept collégiens et blessant vingt-cinq autres, en juin dernier.

Une infrastructure dangereuse, un radar pour… la sécurité
- 35 personnes ont été tuées à un passage à niveau en France en 2008, contre 32 en 2007. Cet appareil pourra dissuader quelques automobilistes trop pressés de passer, mais il ne pourra éviter les actes volontaires ou les accidents dus à la dangerosité des infrastructures. Le radar ne pourra en effet faire arrêter le train une fois le constat fait qu’un véhicule est coincé sur les voies…

- D’autres mesures sont envisageables, comme la création de ponts ou tunnels pour supprimer les croisements entre routes et chemins de fer. Mes ces infrastructures sont beaucoup plus onéreuses. Combien d’argent l’État et les collectivités locales sont-ils prêts à verser pour la sécurité des usagers ?

Mathis Goumain

Publicité
Publicité