Ce sont nos confrères de Challenges.fr qui vont nous offrir ce petit cours de physique. Allez accrochez-vous, ça va bien se passer. Ils nous rappellent en effet que la violence d’un accident est en corrélation avec l’énergie cinétique (Ec) dissipée dans celui-ci. Cette énergie est égale au produit de la masse du véhicule (exprimée en kg) et du carré de sa vitesse (exprimé en m/s), divisé par deux, soit Ec = 1/2(m x v²).

Pour une voiture d’une tonne entrant en collision avec un obstacle fixe, l’énergie cinétique à dissiper est de 312 kJ à 90 km/h [1/2(1000 x 25²)], et de 246 kJ à 80 km/h [1/2(1000 x 22,2²)]. Soit une différence de 21 %. C’est bon, vous nous suivez toujours ? Non ?
Ce qui est à retenir, c’est que le résultat est loin d’être le double, contrairement à ce que prétend la Sécurité routière.

Un simple calcul qui discrédite l’argumentaire de cette campagne. S’il tombe sous le sens que le choc sera moins violent à 80 qu’à 90, il ne le sera pas deux fois moins. Et voilà la Sécurité routière prise, une nouvelle fois, la main dans le sac à essayer désespérément de triturer des chiffres dans l’espoir de leur faire dire ce qu’ils ne disent pas.

En revanche, nous verrions bien une corrélation entre l’abaissement de la vitesse à 80 km/h et l’arrivée de tous ces radars flambants neufs le long des 400 000 km de routes concernées. Nos confrères d’Auto Plus estiment cette manne à 335 millions d’euros. La formule est ici connu de tous : 80km/h + (X nouveaux radars classiques + X radars Mesta Fusions + des radars double faces + une flotte de véhicules radars privatisés, elle aussi contestée) = €€€€€.

 

via GIPHY

Cette formule doit être facilement vérifiable, non ? #Motardmaispaspigeon

Publicité
Publicité