Les militants de la Fédération française des motards en colère de la Nièvre (FFMC 58) étaient bien déterminés à intervenir dans le meeting du candidat à l’élection présidentielle, Benoit Hamon, le 27 février à Fourchambault (58), pour faire entendre leurs revendications.

Ras-le-bol !
Ils voulaient exprimer leur ras-le-bol de la politique de sécurité routière, rebaptisée sécurité rentière. À leur arrivée sur place, loin de passer inaperçus, ils ont été accueillis par les gendarmes et un adjoint au maire de la commune, qui leur ont refusé l’entrée au meeting. Malgré tout, ils ont pu déployer une banderole devant le bâtiment, sur laquelle était écrit : « 1 motard = 1 vote ».

Christiane Taubira à l’écoute !
« Des élus sont venus à notre rencontre se disant prêt à nous recevoir, ce qui n’est pas négligeable en vue des futures élections législatives, explique la FFMC 58. Mais le plus important, c’est que le staff de Christiane Taubira est venu nous informer qu’elle était d’accord pour nous rencontrer ». L’ex-ministre emblématique était à Fourchambault ce soir-là pour soutenir le candidat socialiste.

Les militants de la FFMC 58 ont pu lui remettre leurs revendications, qui portaient notamment sur la création des Zones à circulation restreinte (ZCR), l’opposition à la privatisation des radars mobiles furtifs et l’uniformisation des plaques d’immatriculation. Ils ont également pointé du doigt le mauvais entretien des routes qui, à leurs yeux, doit être réglé en priorité.

La femme politique socialiste a semblé à l’écoute des motards. Elle a en tout cas indiqué qu’elle demanderait à Benoit Hamon de se rapprocher de la FFMC au niveau national.

Publicité

Commentaire (0)

Publicité