En images

La colère était bien présente dans les rues de Lyon, samedi 30 septembre. Répondant à l’appel de l’antenne du Rhône de la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC 69), ce sont près de 1 200 motards, venus des 11 antennes FFMC de la région (38, 01, 71, 73, 74, 42, 43, 39, 63, 26, 07) qui ont défilé dans les rues de la Capitale des Gaules.

Inquiétudes des motards
Les manifestants entendaient exprimer leur inquiétude et leur colère face au projet d’interdiction de circulation en ville des 2-roues motorisés antérieurs à 2000, la généralisation des ZCR (Zones à circulation restreinte), mais également contre la future privatisation des radars embarqués.

En colère
Dans leur viseur surtout, la préfecture du Rhône qui envisage, au travers d’un arrêté cadre, d’appliquer pour la région Auvergne-Rhône-Alpes les directives nationales sur les normes antipollution au travers de la vignette Crit’Air. En clair, « plutôt que de s’attaquer aux véhicules à l’origine des polluants, comme l’envisage la Métropole Lyonnaise dans le futur Plan Oxygène, qui reconnait également les avantages des 2RM dans la lutte contre la pollution, la préfecture fait un simple copier-coller des solutions mises en œuvre dans la capitale. Elle impose de ce fait l’obligation, pour chaque usager traversant l’agglomération, d’acheter une vignette Crit’Air », explique Erik Coquereau, coordinateur de la FFMC 69. (Voir à ce sujet notre article sur l’obligation de la vignette Crit’air à Lyon, Lille et Strasbourg)

Sous une pluie battante
Répartis en quatre cortèges, les motards ont circulé dans les rues et sur les grandes artères de Lyon, paralysant de nombreux carrefours stratégiques pendant de longues minutes. « Même si la pluie s’est invitée, les motards ont répondu présent afin de défendre leur liberté de circuler, leur refus des ZCR, mais aussi leur ras-le-bol face à la multiplication des radars et la privatisation des moyens de répression », poursuit Erik Coquereau.

Reçus en préfecture
Après avoir pris la possession du quai Jules Courmont, les motards sont arrivés à la préfecture du Rhône. Sur place, une délégation composée des coordinateurs des antennes FFMC a été reçue par Pierre Castoldi, sous préfet de Villefranche. Les motards ont pu exposer pendant près d’une heure leurs revendications.

Espérons que cette rencontre portera ses fruits et que la préfecture du Rhône prendra véritablement en compte l’avantage du 2RM dans la lutte contre la pollution. Dans le cas contraire les motards du Rhône sont bien déterminés à lutter pour défendre leur droit à circuler librement.

 - 
Publicité
Publicité