En images

Iron bikers tour de chauffe : enchères Iron bikers tour de chauffe : Sportster Iron bikers tour de chauffe : Philippe Gürel Iron bikers tour de chauffe : Nicolas Sonina Iron bikers tour de chauffe : mondu, malgré la pluie

La soirée Tour de chauffe ressemble à une mise en bouche. Une façon de réveiller ses papilles avant l’Iron Bikers, le plat de résistance prévu le week-end du 23 et 24 avril au Circuit Carole.

Iron Bikers, c’est la grand’messe de la moto ancienne et préparée. L’événement, qui soufflera ses six bougies cette année, réunit des « motos de caractère only », comme le revendique sa baseline.

Rayons et saucisson
Pour cette soirée « Tour de chauffe », rendez-vous était donné au pub irlandais Corcoran’s de la Porte des Lilas. Le lieu a notamment été choisi pour le vaste espace de stationnement qu’offre sa grande esplanade. Ici, l’atmosphère est plutôt à la jante à rayons, à la selle monoplace et au pot saucisson.

Ducati, Harley et Triumph sont bien représentées. Loin de cultiver le sectarisme, Iron Bikers accueille aussi volontiers les ouailles qui roulent en japonaise, voire en scooter (si, si…). Environ 250 motards ont fait le déplacement. Un score relativement modeste auquel la pluie diluvienne qui tombait sur Paris n’est sans doute pas étrangère. L’an passé l’événement qui se tenait sur l’esplanade Nathalie Sarraute (Paris 18e), avait réuni plus de monde. Suffisamment pour que la ville de Paris ne renouvelle pas l’autorisation cette année, incitant l’organisation à choisir un lieu plus excentré.

Allez manifester !
Voilà qui explique sans mal pourquoi Nicolas Sonina, l’organisateur, a pris plusieurs fois le micro pour inviter les motards présents à rejoindre les rangs de la FFMC pour la grande manifestation du dimanche 17 avril. Les amateurs d’anciennes, qui forment une partie des troupes Iron Bikers, seraient en effet aux premières loges si la Ville de Paris confirmait son souhait d’interdire les motos d’avant 2000 à partir du 1er juillet prochain.

L’artiste Philippe Gürel a également apporté sa contribution en réalisant, en direct live et la tête pas loin des enceintes, un dessin vendu aux enchères au profit de la FFMC Paris Petite Couronne. Le dessin a trouvé preneur à 700 €. Nicolas Sonina, qui roule notamment en Yamaha 350 RDLC, s’en réjouit : « Je suis très heureux de contribuer à faire rentrer des sous dans les caisses de la FFMC. Surtout au moment où la politique de la Ville de Paris fait preuve d’une politique de plus en plus discriminante ».

Dans la Boutique Motomag

Retrouvez les recueils d’illustrations de motos signés Philippe Gürel :
- « Les Flats-Twins »
- « Les Américaines »

Publicité

Commentaire (0)

Publicité