En images

visuel visuel visuel visuel visuel visuel
JPEG - 45 ko
A Nantes (44) 100 motards ont mis à l’index le rôle joué par Norauto dans son soutien à la campagne d’allumage des feux de jour.

A l’appel de la FFMC 44, samedi 22 janvier 2005, une centaine de motards s’est donné rendez-vous une nouvelle fois à Nantes pour dénoncer le rôle actif d’une des grandes chaînes spécialisées dans l’entretien et l’équipement automobile « Norauto », qui soutient activement la campagne d’allumage des feux de jour du gouvernement.

Après s’être attaqué au premier fabricant de pneumatiques de France qui relayait jusqu’à fin novembre 2004 cette même campagne gouvernementale, l’antenne de la FFMC 44 a décidé de changer de cible en apellant au boycott de cet accessoiriste.

Denis Chaimbault, président de l’antenne de Loire Atlantique, précise « les équipementiers et distributeurs automobiles vont trouver leur compte avec la consommation d’ampoules, celle de batteries ou d’alternateurs... » Aussi, il faut savoir qu’en fonction des véhicules, non seulement, « Il faut compter entre 2 à 4 % d’augmentation de carburant... » mais encore, « ...nous devons aussi compter sur le remplacement d’une à deux ampoules en plus par an » (soit des dizaines de millions !). Or, d’un point de vue environnemental, « celles-ci ne sont absolument pas recyclables », ajoute Joseph l’un des participants.

De plus, selon la FFMC et dans l’hypothèse où les 35 millions d’automobilistes français roulent « feux de jour » allumés, « c’est une augmentation de 780 millions de litres de carburant consommés par an, soit 680 millions d’euros qui vont tombés annuellement dans les caisses de l’état » ajoute, le porte parole. Voilà pourquoi, les grands pétroliers soutiennent aussi cette campagne.

Partis du local de l’antenne (Mutuelle des Motards) à Orvault, les manifestants se sont rendus à cette enseigne de Saint-Herblain, située dans le plus grand centre commercial (Atlantis) de la périphérie nantaise. Les déplacements des nombreux consommateurs pour les soldes de ce début d’année, ont profité aux motards puisque ils étaient venus pour sensibiliser de nouveau les usagers, sur le non fondé de cette incitation, mais surtout, en appelant au boycott du spécialiste automobile.

« Mon frère est motard, je suis entièrement d’accord avec vous, je n’ allume pas mes feux ! » déclare Serge, automobiliste, venu faire les soldes. Si l’antenne du département ne faiblit pas en réalisant des comptages sérieux qui démontre la faible participation à l’expérimentation (6 à 10 %), « Les sondages, qui sont relayés par les médias, sont souvent effectués par mauvais temps où sous une mauvaise luminosité alors que par temps clair, si on regarde bien, seulement quelques automobilistes allument leurs codes » explique Lydie passagère motarde.

Pour appeler fermement au boycott de l’enseigne, une cinquantaine de militants est entrée dans le magasin en direction du rayon « vision » bien sûr, pour montrer leur mécontentement. L’idée des motards était de se servir au rayon des ampoules et ainsi, les déposer en caisse sans les acheter !

Contrairement à celui de St-Nazaire, cet important point de vente ne relaye pas l’incitation. Et pour cause, et bien que les chaînes télé (FR3 et Nantes 7) soient présentes, l’accueil est exemplaire. « C’est bien de faire une action comme çà, nous voyons tous les jours, nous travaillons sur un axe hyper fréquenté..., je peux vous assurer qu’il y a 90 % des gens qu’ils ne les allument pas... » constate Boris LEGRAND, chef d’atelier de la station mais aussi jeune pilote d’un Hornet.

La FFMC locale a demandé au responsable du magasin de faire remonter le mécontentement des motards à la direction de l’enseigne.

Alain LE POUPON - Correspondant 44

Sites à visiter :

FFMC 44

Photos

Nantes 7 (Télé locale)

L’article de Joseph

Norauto

Publicité
Publicité