Quatre ans après le lancement du Sportsmart2, Dunlop commercialise une évolution de son pneumatique destiné aux sportives et roadsters évoluant principalement sur route. Dénommée Sportsmart2 Max, cette mise à jour vise à améliorer le comportement sur route, à commencer par la maniabilité, l’adhérence en conditions précaires ou la longévité.

Maniabilité éprouvée
Sous un dessin de sculpture similaire à celui de son prédécesseur, tout a changé ou presque, à commencer par le pneu avant. Principal problème pointé sur le SSM2, le manque d’informations sur l’angle maxi. Le profil a donc été élargi sur les côtés et la liaison entre les flancs et la bande de roulement revue. Autre conséquence bénéfique de cette modification, un freinage en virage relèverait moins la moto.

Ce nouveau profil du pneu avant influe également sur la maniabilité. Nous l’avons constaté lors des 200 km parcourus dans l’Hérault à l’occasion de la présentation à la presse organisée par Dunlop.

Passer d’une Suzuki GSX-S 750 chaussée de l’ancien Sportsmart 2 (prononcer square) à un exemplaire équipé de la version Max transforme le roadster japonais. L’effort à appliquer sur le guidon pour déclencher l’inclinaison est nettement moindre, la moto gagnant nettement en vivacité.

Ce comportement rappelle celui des Roadsmart3, le modèle sport-tourisme de Dunlop, ou celui des Bridgestone S21 G, la monte d’origine de la Suzuki, ce deux pneumatiques étant parmi les plus maniables sur le marché. Précision, il n’est pas prévu d’équiper d’origine de moto avec le SSM2 Max.

Aptitudes routières en progrès
Le SSM2 Max étant un pneu avant tout routier, son comportement lors de conditions délicates a été optimisé. La température minimale de fonctionnement a été abaissée (20° au lieu de 40°) pour une mise en action plus rapide. Pour cela, le coton utilisé dans la carcasse a laissé la place à de la Rayonne, une fibre de bois plus souple chauffant plus vite.

Les trombes d’eau qui ont accompagné cette présentation — au point que la session sur circuit a été annulée — ont donné l’occasion de vérifier la bonne tenue de route de ces pneus sous la pluie.

Le drainage a été optimisé par de nouvelles rainures dont l’écartement est progressif pour mieux chasser l’eau. Le mélange de gomme intègre de nouveaux composants (silice fine, tripolymères) afin d’améliorer l’adhérence à basse température.

Le pneu arrière est toujours du type multigommes, Dunlop annonçant avoir augmenté son endurance de 10 %.

Mollo sur circuit
Si les Sportsmart2 Max sont principalement destinés à un usage routier, leur étiquette sportive les autorise à évoluer sur les circuits de vitesse.

Attention toutefois de garder à l’esprit que leur carcasse ne supporte pas les basses pressions qu’autorise la technologie NTEC, présente sur les premiers Sportsmart, mais transférée depuis à des modèles plus sportifs (Dunlop GP Racer D212).

De fait, la pression (à froid) doit rester à un minimum de 2,4 bar (Av) et 2,5 bar (Ar), les sessions ne devant pas excéder 20 mn pour limiter l’échauffement des pneus.

Prix

Commercialisés depuis le mois de février, les SportSmart 2 Max ont pour concurrents les Bridgestone S21, Pirelli Diablo Rosso 3, Metzeler M7RR, Continental ContiSportAttack 3 et Michelin Power RS.

Côté prix, Dunlop annonce un tarif de 250 € pour un train de 120/70 ZR 17 et 180/55 ZR 17.

Dimensions

AvantArrière
110/70R17 54H 150/60R17 66H
120/60ZR17 (55W) 160/60R17 69H
120/70R17 58H 160/60ZR17 (69W)
120/70ZR17 (58W) 180/55ZR17 (73W)
180/60ZR17 (75W)
190/50ZR17 (73W)
190/55ZR17 (75W)
200/55ZR17 (78W)

À lire dans Moto Magazine

- Test comparatif de 11 trains de pneus moto sport tourisme dans Moto Magazine n°319

- Test comparatif de 4 trains de pneus moto custom dans Moto Magazine n°333 (déc./janv. 2016/17)

- Test comparatif de 4 trains de pneus pour Honda Goldwing dans Moto Magazine n°334 (février 2017)

- Pour ne rater aucun test comparatif de Moto Magazine, abonnez-vous !

Publicité
Publicité