En images

Vesoul hier, Belfort aujourd’hui. Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la Sécurité routière, continue sa tournée des régions. L’ensemble de ces déplacements, menés depuis plusieurs semaines - E. Barbe avait déjà été accueilli par des motards très remontés à Nantes et à Charleville-Mezières - n’ont qu’un objectif : tenter d’éteindre l’incendie allumé par l’annonce - entre autre - du 80 km/h faite par le Premier ministre début janvier.

La pilule ne passe pas
Alors que certains parlementaires ont déjà fait part de leurs doutes en la matière, alors que plusieurs conseillers départementaux ont officiellement demandé l’abandon de cette mesure au profit d’actions de prévention, alors que la FFMC va conduire une manifestation d’ampleur nationale ce week-end, E. Barbe continue à défendre cette mesure qui ne passe décidément pas.

Dialogue de sourd
C’est donc la veille de la manifestation prévue à Montbéliard et à Belfort, qu’Emmanuel Barbe a tenté une nouvelle fois de promouvoir la limitation de la vitesse à 80 km/h. À son arrivée à la préfecture du Territoire de Belfort il a été interpellé vigoureusement par une vingtaine de motards de la FFMC90. Ses explications n’ont pas suffi à contenir la grogne des motards belfortains avec lesquels l’échange a été vif.

 - 
Publicité

Commentaire (1)

Publicité