Les médias nous rappellent chaque jour que la France est en crise, que le chômage augmente, qu’il faut faire des économies. Et l’État doit montrer l’exemple. Le magazine Auto Plus, dans son édition du 21 juillet, dénonce les dérives de ce dernier dans une enquête intitulée "Malgré la crise... l’État flambe encore".

Dans l’enquête de nos confrères, on apprend, entre autres, que Brice Hortefeux, le nouveau ministre de l’Intérieur, se serait vu doté de deux limousines C6 Citroën flambant neuves, une semaine après son arrivée. C’est normal, il a besoin de travailler. Mais Michelle Alliot-Marie, l’ancienne locataire du lieux, possédait déjà deux limousines de la même marque, en parfait état de marche. Ces deux nouvelles voitures coûteront quand même 100.000 €.

Autre exemple, de son côté, l’armée a « fait ses emplettes » ! Le ministère de la Défense vient d’obtenir le reliquat de sa commande, passée fin 2008 en pleine crise financière, d’une centaine de nouveaux véhicules à destination des haut-gradés. Ce sont des Renault Vel Satis 2.0 dCi. Même si une remise intéressante de 33% sur chaque voiture a été obtenue, elles coûtent, à la pièce, la bagatelle de 24.927 euros (37.100 euros sans remise).

Une bonne nouvelle quand même, on peut lire que le Sénat vient d’allonger la fréquence de remplacement des ses voitures qui va passer de 3 à 5 ans. Avec une limite de leur cylindrée à 2,5 l. On n’a donc pas finit de voir nos représentants se déplacer en grosse berline.

Publicité

Commentaire (1)

Publicité