Le fabricant de radars Identity & Security, qui produit les appareils Mesta, était jusqu’à présent la filiale du groupe français Safran (ex-Sagem). Mais celui-ci vient de le revendre au fonds d’investissement américain Advent International. Avec de belles perspectives de rentabilité à la clé.

Safran a par exemple remporté, en début d’année, le marché du radar multifonction, de son vrai nom « équipement de contrôle multi-infraction déplaçable sur tourelle fixe » (photo). Un marché plutôt généreux : 101 728 080 €, d’après l’hebdomadaire Auto Plus.

Couteau suisse
En contrepartie de cette coquette somme, l’État attend d’Identity & Security qu’elle produise la cabine « couteau suisse », capable de remplacer les radars de passage à niveau et de contrôle de vitesse.

Leurre
Et ce n’est pas tout, le radar ETT fera également office de leurre : le cinémomètre Unité de contrôle automatisée (UCA) qui l’équipe occupera alternativement jusqu’à cinq tourelles différentes sans que le conducteur visé puisse voir laquelle sera vide ou pleine.
Par ailleurs, le dispositif devra être capable de repérer un obstacle de la taille d’une poussette, arrêté à un passage à niveau, pour donner l’alerte.

Et cet équipement sera évolutif. Dans un délai de trois ans maxi, il devra savoir repérer de nouvelles infractions, allant du conducteur téléphone en main au passager sans ceinture, jusqu’au non respect d’une priorité, des distances de sécurité, d’une ligne blanche…

250 appareils en production
Après une première vague de 20 tourelles de présérie déployées d’ici à la fin de l’année, il en est prévu 250 sur l’ensemble du territoire. De quoi contribuer à ce que les recettes des radars automatiques augmentent encore…

Publicité
Publicité