Manuel Valls, Premier ministre, a réuni le comité interministériel de la sécurité routière (CISR) le vendredi 2 octobre 2015 à 10h, à l’Hôtel Matignon à Paris. Étaient présents Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, Christiane Taubira, ministre de la Justice, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la santé, et des droits des femmes, George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, Alain Vidalies, secrétaire d’État aux Transports, à la mer, et à la pêche, Christian Eckert, secrétaire d’État au Budget, Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière et Danièle Jourdain-Menninger, présidente de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MIDELCA).

Dans l’objectif de réduire le nombre d’accidents de la route en France, ces ministres ont annoncé plusieurs mesures, sans préciser encore les modalités d’application de celles-ci.

Plus de radars
Alors que le gouvernement annonçait jusqu’à présent qu’il maintenait le parc de radars automatiques contrôlant la vitesse des véhicules à 4.200 appareils, les ministres ont décidé d’en faire installer 500 supplémentaires, mais aussi de moderniser le parc existant.

Les cabines fixes flashant avant et arrière des véhicules, installées sur le bord des routes françaises depuis 2003, sont progressivement remplacés par des boîtiers plus performants, certains fixes, d’autres mobiles : radars autonomes sur zones de chantier, radars fixes flashant deux sens de circulation, radars embarqués dans des véhicules banalisés… D’autres technologies plus pointues encore seront testées.

Motos : port des gants obligatoire
Le Premier ministre a annoncé que le port des gants deviendrait prochainement obligatoire à moto et scooter.

Motos : contrôle technique à la revente obligatoire
Seconde mesure concernant les motards, l’obligation de passer un contrôle technique lors de la revente d’un véhicule. Cette visite sera mise en place dans les deux ans à venir. Les modalités d’applications : garages concernés, éléments techniques vérifiés… ne sont pas encore connus.

Moto : freiner l’accès aux motos de plus de 35 kW
Le gouvernement va conditionner la possibilité de conduire une moto de puissance supérieure à 35 kW à une formation qui ne pourra être effectuée qu’après deux ans de détention du permis moto.

Restez connectés à Motomag.com pour connaître les autres mesures décidées par le gouvernement. Cet article sera réactualisé dans les heures qui suivent.

Publicité
Publicité