« De cette manière, on a pu faire le tri entre les infractions caractérisées et celles qui sont motivées par des conditions particulières : véhicules de pompiers en intervention, ambulances etc... indique Lionel Razurel, directeur départemental adjoint de la sécurité publique.

Pourquoi avoir établi ce système à cet endroit ? « C’est un carrefour où on a constaté nombre d’accrochage. » explique Pascal Gairre l’ingénieur en chef de la voirie de la communauté urbaine du Grand Nancy. Mais ne disposant pas de statistiques récentes, les services de la voirie se sont livrés à une campagne de mesures de franchissement de ce carrefour. « Depuis le mois de juillet on a relevé entre 60 et 80 infractions par mois, grâce au système de boucles enterrées dans la chaussée » continue Pascal Gairre.

Depuis un mois que ce système de détection automatique de franchissement de feux rouge est installé les forces de police ont ainsi dressé 59 procès verbaux.

Les policiers ont également découverts d’autres pratiques tout aussi dangereuses « De nuit on a pu constater que certains automobilistes coupaient au plus court en empruntant la rue de la Visitation en sens interdit ! ».

Ce système est appelé à se répandre dans la ville de Nancy, puisqu’un certain nombre de feux rouges ont été pré-équipés. « Notre système de radar est démontable et peut très bien être installé de manière aléatoire aux carrefours les plus dangereux » affirme encore Pascal Gairre.

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité