Le délégué interministériel à la Sécurité routière a rencontré les représentants de la Fédération française des motards en colère (FFMC), le 21 mai. Il est encore un peu tôt pour traduire en faits, et en mesures appliquées à la circulation des motos, les propos échangés entre les interlocuteurs.

Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière, le 11 mai à Paris.

Il semble néanmoins qu’Emmanuel Barbe ait confirmé sa volonté de s’attaquer aux accidents de moto en utilisant des leviers qu’il juge incontournables, et en profitant du calendrier européen. Il envisage des mesures fortes, telles le contrôle technique pour vérifier la sécurité des motos, qui pourrait arriver en contrepartie de l’abrogation des 100 chevaux.

100 chevaux : retrofit oui, en échange d’une visite technique
Le gouvernement pourrait profiter de l’abrogation de la loi des 100 chevaux, au 1er janvier 2016, pour imposer une visite technique des motos en contrepartie de leur débridage.

Sur le territoire français, toutes les motos millésimées 2016 seront commercialisées en pleine puissance. En revanche, les motos de 2015 et d’avant seront bridées à 100 chevaux.

Les professionnels de la moto ont demandé au gouvernement que soit accordé un retrofit, c’est-à-dire le droit de débrider les motos d’avant 2016.

Le délégué à la Sécurité routière a exprimé que le gouvernement semblait d’accord pour ce retrofit, afin de ne pas pénaliser économiquement la filière moto française. D’accord, à condition que les machines soient soumises à une visite technique qui complèterait le débridage, incluant le contrôle de plusieurs éléments de sécurité. Cette visite serait réalisée dans le réseau des concessionnaires des marques.

Visite technique pour les motos d’occasion
Le délégué ne souhaite pas s’arrêter là, et profiterait du calendrier pour demander l’instauration d’une visite technique obligatoire lors de l’achat d’un deux-roues motorisé d’occasion. Comme il l’a exprimé devant la caméra de Moto Magazine, le 11 mai, il estime que l’équité entre auto et moto doit jouer pour le contrôle technique comme pour le gilet haute visibilité. Il l’a répété à ses interlocuteurs de la FFMC.

Obligation du port d’équipement
Emmanuel Barbe a par ailleurs répété aux militants motards qu’il travaillait sur une obligation de porter un équipement de sécurité. Dans un premier temps, pourrait devenir obligatoire, pour tout conducteur et passager de 2RM, de porter des gants.

Pas d’accord
Les représentants de la FFMC ne partagent pas la vision du délégué interministériel à la Sécurité routière sur les moyens d’améliorer l’accidentalité moto. Ils feront le debriefing de cette réunion lors de leurs Assises nationales, qui se déroulent du 23 au 25 mai à La Grande-Motte (Hérault). Ils débattront de ces probables mesures à venir et de la réaction à apporter.

Restez connectés à Motomag.com !

Complément d’information

- 100 chevaux : la moto française attend la décision du gouvernement
- Conseil national de sécurité routière : la FFMC reste vigilante (+vidéo)
- Contrôle technique et équipement obligatoire en discussion à la Sécurité routière (+vidéo)

Dans la Boutique Motomag.com

- Soutenez la FFMC en portant ses couleurs !

Publicité
Publicité