Après 4 années d’absence au sein du championnat WSBK, Yamaha revient officiellement sur le devant de la scène du Superbike avec sa nouvelle R1. Elle sera préparée pour l’occasion par le Team Crescent Racing, dirigé par Paul Denning, qui se séparera de Suzuki. Déjà pilote pour l’écurie cette année, Alex Lowes conservera sa place pour l’an prochain. Le remplaçant de Randy de Puniet pour 2016 sera un autre Français : Sylvain Guintoli.

Un retour chez les meilleurs
Avec ce « comeback », Yamaha compte renouer avec les sommets qu’il a connu avec des pilotes comme Haga, Crutchlow, Melandri, Toseland, Corser ou plus récemment avec Ben Spies avec qui ils ont battu bon nombre de records en 2009.

Bien évidemment, le constructeur aux trois diapasons voudrait pousser sa nouvelle R1 dans ses derniers retranchements pour ainsi prouver à la concurrence le potentiel de sa machine.

Nouveau sponsor, nouvelle situation
L’an prochain, Honda ne perd pas seulement Guintoli mais aussi son mécène central, l’industriel alimentaire italien : PATA. L’arrivée de ce dernier pourrait certainement s’expliquer par le fait que c’est l’un des sponsors essentiels d’un certain Valentino Rossi, lui aussi en contrat avec Yamaha. Il se raconte même que le champion du monde de MotoGP pourrait assister le développement de la R1 cet hiver, à la fin de sa saison.

Cet évènement sera sans doute l’occasion de remettre les compteurs à zéro entre Paul Denning et Guintoli qui avait décliné la proposition du Team Crescent pour aller chez Aprilia en 2014.

Dans la Boutique motomag.com

- Le chrono ne ment pas…2 de Steven Casaer (réglage de la moto)
- Le chrono ne ment pas…1 de Steven Casaer (le pilotage)

Publicité

Commentaire (0)

Publicité