2018 marquait la 53e édition de la Stella Alpina, concentre moto qui prend ses quartiers d’été à 2200 mètres dans un cirque naturel, non loin de la sortie du Tunnel de Fréjus coté Italien. Les quelques centaines de motards montent tout leur nécessaire de camping, restauration, ... car là haut il n y a rien : pas d inscription , pas d’organisation, pas de buvette... Ils se retrouvent au coeur de la nature pour quelques moments intenses.

Dès le jeudi, certains ont déjà investi les lieux mais le gros des troupes débarque le vendredi. La majorité des participants n’en sont pas à leur première. Ils accueillent les nouveaux dans la bonne humeur. Le parc de machine est hétéroclite allant du trial a la GT Limousine (Gold Wing 1800, Harley, routière, sportive, side-car, etc ... ). Tout aussi variée, la nationalité des conducteurs qui sont originaires des 4 coins de l’Europe. Allemands , Anglais , Espagnols , Français , Néerlandais , Suisse , etc .... sans oublier les Italiens se retrouvent sur le camp de base à 2160 mètres d altitude.

Un peu de tout terrain ?
Le site n’est accessible que par une piste de 14 km depuis Bardonecchia. On arrive alors au centre d’un cirque entouré de cascades et d’un lac, prés du refuge « Scarfiotti ». Cette année le son des cloches d’un troupeau de vaches nous a accompagné, ainsi que celui des marmottes en vigie à l’entrée de leurs terriers .

Alors qu’avec le soleil au zénith, la température flirte avec les 30 degrés, elle peut atteindre les 7° au petit matin. Une fois la nuit tombée, les feux de camps s’animent. Chacun y va de sa spécialité locale, et les discussions vont bon train, parfois avec les mains (pour communiquer avec les étrangers ).

Montée au col
Pour les plus courageux, le dimanche matin c’est la montée vers le col du Sommeiller à une dizaine de kilomètres. La piste abordable au départ devient devient de plus en plus difficile au fur et a mesure des kilomètres : les cailloux se transforment en pierres , en rochers, sans parler des traversées d’éboulis et de névés de neige. Ceux ci auront raison de la ténacité de beaucoup, mais pour les plus courageux, une médaille leur est remise une fois arrivé au col (en échange de 15 €).

Pourquoi la Stella au pied du Sommeiller ?
Née à la suite d’un pari, en 1966 entre Harry Louis (alors directeur de la revue The Motor Cycle et éditeur de renom ) et Mario Artuso. Le pari sera remporté par Mario : Le Sommeiller, situé à 3.009 mètres d’altitude est bien le plus haut col italien, devant le Stelvio, situé à 2.758 mètres. C’est ainsi qu’est née cette concentration, l’un des rassemblements motos les plus hauts d’Europe.

 - 
Publicité
Publicité