En images

Renouveau de l’Endurance : les organisateurs L’avenir de l’Endurance : les rapporteurs Endurance new : des coûts bientôt réduits ! L’Endurance réformée : des sportifs revendicatifs

Ce travail de six mois a donné lieu à un rapport final. Les trois hommes proposent de mettre en place un projet de relance de l’Endurance sur 4 ans, de 2014 à 2017.

Après une longue liste de constats, où il est question d’histoire, de dimension populaire autour des deux manifestations, d’harcèlement de la part des services de l’ordre, du comportement d’un certain public, mais aussi de certaines carences en termes d’organisation, du manque de couverture médiatique ou encore de certaines aberrations du règlement technique, le rapport présente 38 propositions.

Même si l’ensemble de ces propositions semblent construites de manière systémique, c’est-à-dire en tenant compte des problématiques de toutes les parties concernées, on peut toutefois en extraire certaines qui nous semblent intéressantes.

Soigner les spectateurs

On commence à se rendre compte (enfin !) que les services offerts aux spectateurs sont en deçà des attentes, tant au niveau de la restauration, des sanitaires ou encore des animations.

Dans sa proposition n°36, le rapport propose ceci : « une grande majorité de spectateurs souligne les tarifs excessifs de la restauration. Pourrait-il être envisagé, à l’instar de ce qui se faisait il y a plusieurs années pour les 24h du Mans Automobile, de recourir à un grand distributeur alimentaire pour fournir des paniers repas à des tarifs non dissuasifs ? »

Animations

Du coté des animations, le rapport « conseille » d’être attentif à l’occupation des spectateurs pendant la manifestation, et fait des propositions comme celle de fournir des récepteurs radios pour suivre les commentaires des speakers (prop. n°25), ou encore (prop. n°29) de mettre en place des animations participatives.

Lors de son intervention, Claude Michy a souligné que le spectateur regardait plus la qualité du service que le prix d’entrée, et que si l’on voulait qu’il revienne, il fallait qu’il reparte heureux de son week-end !

Championnat du monde des pilotes

D’autres propositions intéressantes, d’un point de vue sportif cette fois, mettent en avant la création d’un championnat du monde des pilotes (prop. n°24), la diminution des coûts (prop. n°4) en ayant recours à des motos plus proches de la série, mais aussi l’idée de réévaluer la prime à l’arrivée (prop. n°10) ou encore d’inciter des pilotes étrangers à participer aux deux courses françaises.

Coopération entre organisateurs

Concernant les organisateurs enfin, le rapport souligne l’importance d’unir les efforts et de mutualiser certaines dépenses (prop. n°1) pour réaliser des économies d’échelle. La recherche d’autres organisateurs a été également proposée (prop. n°2).

14 propositions validées

Des 38 propositions, 14 ont déjà été validés par les organisateurs et les différentes parties. Certaines mesures entreront en vigueur dès cette année au Bol d’Or (les 26 et 27 avril à Nevers-Magny-Cours), et on devrait constater une amélioration comme par exemple, la sécurité, le prix de la restauration ou la qualité des services. Les autres propositions « restent en cours d’étude », selon la formule consacrée.

Utopies… 

En dehors de certaines propositions parfois utopistes, comme l’adoption d’une réglementation commune Endurance/Superbike ou la fourniture d’images TV aux sites web, ce rapport a le mérite de susciter une réelle prise de conscience et d’ouvrir un dialogue.

Comme l’a dit un intervenant lors la conférence de presse, être organisateur n’est pas chose facile… On peut le comprendre, par les temps de crise qui courent, mais pour le petit concessionnaire qui veut faire courir une moto, pour les pilotes amateurs et même pour bon nombre de spectateurs passionnés d’Endurance, rien n’est simple non plus !

Publicité
Publicité